Pour pouvoir accoucher dans le bonheur et l’allégresse, encore faut-il…tomber enceinte ! part II

grossesse

Si vous avez loupé le début, il faut d’abord lire celui là, sinon vous allez rien comprendre !

Je pense que je suis arrivée au bout de mes capacités, je ne suis pas spécialisée en soucis d’infertilité. Je vais vous renvoyer vers un spécialiste qui est vraiment très bien, je vous donne ces coordonnées, pour que vous puissiez prendre rendez-vous.

On peut dire c’qu’on veut, elle a été honnête avec moi ma gynéco, et je l’en remercie.

Je me suis donc précipitée sur mon téléphone en sortant de là pour prendre le rendez-vous. Nous étions début juillet.

Accueil plus que froid de la secrétaire…

Ah mais ça va être treeeeeees long pour avoir rendez-vous avec monsieur machin ! Il est très demandé ! Par contre monsieur bidule lui, est disponible plus rapidement, je vous fixe rendez-vous avec lui ?

euuhhh non !

ma gynéco m’a donné un nom, c’est pas pour rien ! Devant l’insistance de cette morue, je lâche l’affaire, et repasse un coup de fil à ma gynéco pour en avoir le cœur net.

Ah oui, monsieur bidule, je n’en ai pas de très bons retours, il est un peu spécial ..

(ok, traduction : c’est un gros con)

Je rappelle donc ma nouvelle meilleur amie, la secrétaire, en lui expliquant que oui, je veux un rendez-vous avec monsieur machin, tant pis si c’est dans longtemps. J’ai donc rendez-vous le… 4 novembre, à 19h30.

Et vous savez quoi ? et bah j’étais soulagée. Oui c’était dans plus de 4 mois, mais j’avais l’intime conviction qu’on allait enfin avoir des réponses, et aussi des solutions.

Bon et puis je vous rassure, je prenais toujours ma température, histoire de pas perdre la main, sur ordre de ma gynéco.. bah non, pourquoi laisser mon charmant fessier tranquille ??? ( et mon cerveau aussi, accessoirement ! )

J’ai donc continué ma petite vie, jusqu’à ce 4 novembre au soir…

Nous arrivons donc, papa délire et moi, dans la clinique ou le spécialiste faisait ses consultations.

D’abord un passage au bureau de la charmante secrétaire :

Vous êtes sûre que vous n’êtes pas enceinte au moins ? non parce que ça arrive souvent en fait !!!

(Et toi, ça t’arrive souvent qu’on t’emplafonne la tronche dans un écran d’ordinateur ??)

Non, je ne suis pas enceinte, promis, juré, craché.

Arrive notre tour, avec le grand ponte de l’infertilité.

Comment vous dire : il lui a fallu 3 minutes 12 secondes pour me dire que :

– Au vue de mes prises de sang : 2 hormones primordiales pour l’ovulation ( la LH et la FSH) avaient des taux inversés, donc c’était impossible que j’ovule.

– Le test de huhner foiré ? Evidemment qu’il n’y avait pas de spermatos, je n’étais pas en période d’ovulation (vu que j’ovulais jamais (lol)) donc ma glaire repoussait automatiquement les petits gars de monsieur, elle n’est accueillante et ne donne un coup de pédalier vers les trompes que lorsque quelque chose d’intéressant s’y passe !! Bref, ils étaient tous déjà partis lors du prélèvement ( la nature m’épatera toujours !!)

A part ça, il a entamé un vrai dialogue avec nous :

Depuis combien de temps essayez-vous d’avoir un enfant ?

2 ans..

Vous savez ce qu’il a répondu ?

Ah oui quand même, ça commence à faire long ! On va vous aider, vous allez voir !

J’ai cru que j’allais lui rouler un palot.

Un médecin avec de l’empathie.

Et vraiment, il avait un air désolé quand il a dit ça. Pas le gars qui te parle le nez dans sa paperasse, ou les yeux collés à l’ordinateur.

Je pense que des cas, il doit en voir tous les jours, des autrement plus carabinés que nous, et des couples qui attendent malheureusement beaucoup plus longtemps que nous.. il aurait pu nous le faire remarquer, nous faire comprendre que notre problème n’était pas si dramatique, que nous étions « relativement » jeunes (j’allais sur mes 32 ans)… mais non.

Il nous a proposé de commencer avec une stimulation à base de piqures d’hormones pour moi, pour déclencher une vraie et belle ovulation. mais de nous laisser faire nos p’tites affaires pour la procréation, bref, de n’avoir recours à l’insémination artificielle que 3 mois plus tard si on arrivait pas à s’en sortir tout seuls (lol).

On était plutôt d’accord avec lui.

Par contre, pour préparer le terrain comme il a dit, et avant de commencer la stimulation hormonale, il m’a prescrit un médoc pour diabétiques, pour ré-inverser les 2 hormones qui foutaient le bordel et m’empêchaient d’ovuler, les méchantes. Un médoc qui n’avait donc rien à voir avec la PMA ( ?) et qui risquait de me donner des nausées.

OK man, envoie ton truc, chui prête !!!!

Et mon dieu, arrêtez de prendre votre température !! laissez-vous respirer !!!

(décidement un être humain se cachait derriere ce spécialiste !)

merciiiii doc !!!!!!! (un an de températures, j’avais de quoi redécorer la tapisserie de notre chambre, façon relevé échelle de Richter)

Sur ce, on se donne rendez-vous dans 10 ans 1 mois plus tard ( une fois qu’on a passé le cap du 1er rendez vous, les autres ça va plus vite).

On est reparti le cœur presque léger, pleins d’espoir.

J’ai illico commencé le traitement pour remettre mes hormones dans le droit chemin, tout en conservant le duphaston.

Et effectivement, au bout de la 2ème semaine (le traitement était de plus en plus fort chaque semaine) je peux vous dire que sans être enceinte, j’avais des nausées de malade.

Mais j’étais contente quand même (la folle).

Ce mois est très vite passé, et lors de notre 2ème rendez-vous début décembre, il m’a demandé si je supportais bien les cachets. Je lui ai dit qu’au bout de 3 semaines c’était chaud, j’avais du mal à manger sereinement.

Je lui ai demandé timidement si je pouvais prendre quelque chose contre les nausées..

Mais bien sûr !! tout ce que vous voulez, du moment que vous continuez à prendre le traitement !! c’est très important de ne pas l’arrêter.

Et là, il m’a fait la prescription pour commencer la stimulation hormonale. A partir du prochain cycle, je devais me piquer tous les jours, avec les échos quotidiennes en début de cycle pour surveiller l’évolution des follicules, et tutti quanti..

Tout ça nous emmenait après les fêtes de noël, ce qui était plus pratique quand même niveau timing.

J’avais calculé que après le duphaston, mes règles devaient débuter vers le 4 janvier. J’avais tout le matos dans mon frigo, les piqures et tout..

1er janvier : bonne année, bonne santé youpi !!

Et qu’est ce qu’on vous souhaite pour cette année ?? (ta gueule !!)

Petit aparté : je dois vous dire que nos parents respectifs, même si ils se posaient sans doute plein de questions (enfin surtout nos mères, soyons honnêtes !!) ne nous ont jamais fait de remarques déplacées, ni même posé de questions. Bien élevés qu’ils sont.

Par contre, d’autres personnes, moins proches, nous sortaient les habituels «  bah alors c’est pour quand ? (quoi ? ma main dans ta gueule ??) – fin de l’aparté.

Me voilà donc début janvier, une fois n’est pas coutume, à attendre impatiemment les règles, que je puisse enfin me piquer dans le gras du bide !!!!

Et bah quoi ?? qu’est ce qu’elles foutent ? jamais là quand on veut, ces règles !! ça commence à me gonfler !!!

Je parle bien sûr de mon impatience et de mon énervement à mon cher et tendre, qui lui a une question bizarre :

Peux-tu me donner la notice du duphaston ?

euhh oui , pourquoi ?

Je voudrais voir si ça pose un souci si on le prend en étant enceinte….

What ??????? tu voudrais dire que toi, là, tu penses que tout simplement, je serai enceinte ???? Du coup il m’a mis le doute, le coquin.

Et évidemment tu me dis ça un dimanche après-midi, au moment où on ne peut pas acheter de test de grossesse ?

Le lundi, j’avais sport direct après le boulot, le soir. Depuis septembre, je m’étais remise au volley. Bizarrement il ne m’est pas venu a l’idée de ne pas y aller pour pouvoir me rendre à la pharmacie. Voilà donc un papa délire qui se rend dans une officine pour acheter un test de grossesse, j’aurai voulu être là pour voir sa tête, et celle de la pharmacienne, ça doit pas lui arriver tous les jours quand même !

Et comme je suis méga disciplinée, j’ai attendu sagement les urines du matin, pour faire le fameux test (je ne suis plus très sure d’avoir dormi cette nuit-là). J’aurai pas voulu avoir le moindre doute…

Je crois qu’on est censé attendre genre 2 minutes, et comment on fait pour faire ça ???? j’ai dû attendre 30 secondes, avant de regarder le petite bidule, et voir les 2 barres violettes bien pleines…. Pas de doute possible……

I’m pregnant !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Les jours qui ont suivi je planais à douze mille… le test fait en labo, il n’y avait plus de place à l’incertitude, j’étais à plus de 5 semaines de grossesse !!!! J’avais donc ovulé a peu près 4 semaines après le début du traitement pour diabétiques..quelques jours après notre 2eme rendez vous chez le spécialiste..

Il a fallu tenir sa langue pour ne pas l’annoncer à la terre entière, en particulier à nos parents, mais on préférait attendre la traditionnelle première écho. J’ai eu droit à une écho un peu avant ça, pour calculer la date de conception, étant donné que mes cycles n’étaient pas très clairs.

Puis, j’ai plané encore à douze mille pendant presque 9 mois..

Il est intéressant de noter qu’à partir de septembre, 2 mois avant de voir le spécialiste, j’ai tout d’un coup réussi à prendre du recul sur le fait de tomber enceinte. Peut-être savais-je au fond de moi qu’il allait savoir nous prendre en charge. J’ai arrêté de ne pas faire certaines choses ou de bloquer certains projets « au cas où je serai enceinte (ne pas prévoir de voyages, ne pas faire de sport..). J’ai un peu plus vécu pour moi, sans penser toujours à moi comme à une femme potentiellement enceinte, mais juste une jeune femme, qui devait profiter de la vie. Mais je ne l’ai pas décidé de moi-même, consciemment. ça s’est fait sans que je puisse vraiment l’expliquer. Pourquoi ai-je réussi à prendre ce recul ? Je n’en sais fichtre rien. Et je ne pense pas que ça soit grâce à ça que je suis tombée enceinte. J’avais un réel problème au niveau hormonal que ce traitement a réglé.

Je sais que les gens rabâchent qu’il ne faut pas trop y penser, mais c’est impossible ! Et non, tout les problèmes d’infertilité ne se résolvent pas parce qu’on arrête de focaliser sur le fait de tomber enceinte.

Sinon, vous savez que j’ai 2 mini moufflets. Alors vous vous demandez peut être comment cela s’est passé pour retomber enceinte ? ( bah si vous vous le demandez pas je vais vous le dire quand même !!)

Je n’ai pas besoin d’écrire un billet pour ça : lorsque ma pucinette a fêté ses 1 an, nous avions atteint un rythme de croisière niveau organisationnel (les siestes, les repas, ça roulait tout seul)( ne me jetez pas de cailloux). Nous voulions avoir des enfants rapprochés, et surtout nous ne savions pas combien de temps ça prendrait pour que ça remarche, même si nous étions forcément plus confiants…

J’ai donc arrêté la pilule en aout. Fin-octobre, toujours pas de règles évidemment (sauf à l’arrêt de la pilule). Je suis allée voir ma gynéco (qui m’avait récupéré pour le suivi de grossesse). Elle m’a prescrit le traitement miracle du spécialiste pour me remettre les hormones dans le bon sens (autant sauter les étapes intermédiaires ! ), avec en prime une écho pour voir la tête de mes ovaires.

J’ai pris rendez-vous mi-novembre pour l’écho, avant de reprendre ce traitement magique. J’étais épuisée. Je me souviens avoir dit ça à ma collègue-copine :

 Je suis crevée en ce moment !!!

et elle de me répondre :

t’es peut-être enceinte !!! (elle ne connaissait pas nos projets)

Bordel …. Elle m’a mis le doute. J’ai fait un test. Une semaine plus tard, je passais l’écho qui m’a montré un joli petit haricot dans le ventre, qui avait déjà un mois et demi…

Si c’est pas de la chance ça les blogocopines, je sais pas ce que c’est ! j’ai ovulé juste une fois, et ça a été la bonne. peut-être que mes hormones étaient moins perturbées après une grossesse ? Je n’en sais rien … et est ce que quelqu’un sait ?

Avec le recul, j’appelle ça un mini parcours PMA. D’ailleurs la PMA je n’y ai pas vraiment gouté.

2 ans c’est court, 2 ans c’est long.

Sur le moment, ces 24 mois m’ont paru une éternité, devoir attendre, patienter, ne jamais savoir si on va finir par y arriver, ne pas réussir à penser à autre chose…

Mais je sais que pour certains couples, c’est tellement plus long.. et tellement plus compliqué. Je me souviens de ce couple de connaissances qui ont mis plus de 6 ans, et qu’ils l’ont même écrit sur le faire-part de naissance, tellement ça faisait partie de leur histoire, et que tout le monde savait ce qu’ils avaient enduré.. vraiment ce sont des épreuve difficiles à supporter pour un couple.

C’est pour ça que je pense beaucoup à vous les PMettes,  que je compatis et vous envoie toutes les ondes positives possibles pour pouvoir supporter ça. Millions de cœur sur vous.

Pour conclure, à toutes et à tous, lorsque vous avez une copine (ou un copain, les mecs ont un cœur aussi, ne l’oublions pas) qui est en couple, sans enfant, prenez le temps, et pesez vos mots avant de leur parler bébé. On ne connait généralement pas le parcours de chacun. Il y a ceux qui se battent pour concevoir, mais il y a aussi ceux qui subissent des fausses couches, et même malheureusement ceux qui perdent un bébé.. sans oublier ceux qui ne veulent tout simplement pas d’enfant, et c’est leur droit le plus strict…

Chaque histoire est différente. beaucoup de couples souffrent sans en parler à leur entourage.

Allez, après tout ça, vous avez gagné le droit de lire le récit de mon accouchement dans le prochain billet….  mais si venez ! vous verrez, c’est à se tordre de douleur rire !

Publicités

31 réflexions sur “Pour pouvoir accoucher dans le bonheur et l’allégresse, encore faut-il…tomber enceinte ! part II

    • et oui quand on attend c’est toujours très long… c’est dur à vivre. Et puis dans nos sociétés on est habitués à avoir tout, tout de suite.. ma gynéco me disait que des couples venaient la voir au bout de 3 mois mais de toute façon même si tout va bien ça peut prendre 6 mois sans problème !

      J'aime

    • ah oui pour moi il a clairement réglé le problème ! c’est bien ça le souci, il n’y a pas de traitement qui marche pour tout le monde, il faut faire au cas par cas.. c’est sur que pour le 2eme ça a été légèrement plus vite !! et les gens qui me disaient que je les avais fait rapprochés.. ( si ils savaient…on a pas vraiment fait exprès !!) contente que tu es eu aussi un 2eme facilement !

      J'aime

  1. J’ai adoré ton récit et je suis restée pendue à chaque mot. Bravo ! J’imagine la joie que tu aq dû ressentir lorsque les deux barres se sont affichées. On a l’impression d’être wonderwoman dans ces moments là.
    Pinces d’Or aussi était le préposé à l’achat des tests de grossesse..c’est toujours lui qui y allait ; )

    Aimé par 1 personne

  2. Ma mère a connu un parcours similaire avec une mini-PMA pour ma soeur et rien pour moi (le BB2 surprise). Du coup ca m intéresserait aussi de savoir si tu penses un jour en parler à ta fille et comment 🙂 . En tout cas je suis très heureuse que tout se soit bien terminé pour vous et très triste aussi pour tous ceux pour qui c est plus compliqué. J imagine quelle épreuve ce doit etre 😦 .

    Aimé par 1 personne

    • alors là tu me poses une colle.. je n’y ai pas encore pensé, mais je suppose que je lui en parlerai oui, quand elle sera ado ou jeune adulte.. lorsqu’elle sera avec quelqu’un peut être ? en espérant qu’on soit suffisamment proches .. ( j’ai eu beaucoup de mal a parler avec ma mère, surtout adolescente..)enfin je n’ai pas prévu de lui cacher c’est sur… Du coup ta mère en a parlé a ta sœur et toi je suppose ?

      J'aime

      • Je ne sais plus exactement quand je l’ai appris mais je sais que j’ai toujours grandi avec dans la tete l’idee que tout le monde ne pouvait pas avoir d’enfants, que c’etait une « chance » etc. J’imagine que nous l’avions entendu dans la bouche de mes parents.
        Et en fait elle nous en a vraiment parlé quand nous sommes nous memes devenues maman, je ne pense pas qu’elle avait calculé ca, c’est venu naturellement. Et j’ai compris alors que ca avait été dur pour elle, qu’elle n’avait pas supporté les traitements etc.

        Aimé par 1 personne

  3. Malgré le sujet assez délicat (et douloureux pour les couples qui y passent, douces pensées sur eux), j’ai beaucoup aimé ton récit et ton humour ! Je suis contente pour toi que ça se soit bien terminé et que tu aies à présent deux loupiots. 🙂

    Merci aussi pour ton dernier paragraphe qui m’a beaucoup touchée, l’enfantement est un sujet délicat et tellement personne pris trop souvent à la légère. :/

    Aimé par 1 personne

  4. C’est sûr que ça doit être long 2 ans; je n’ai pas ton parcours, mais j’ai souffert de l’attente pour mettre en route un projet parental, et ce pour d’autres raisons, je comprends donc parfaitement la frustration, la jalousie que l’on peut ressentir.
    Donc oui, bonne chance à toutes les blogueuses PMettes dont tu parles et dont je suis egalement les aventures, en espérant une issue positive pour toutes!

    Aimé par 1 personne

exprime toi, je suis toute ouïe !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s