Mon héritage parental m’empêche-t-il d’être féministe ?

retro-1321078_1280.jpg

Aujourd’hui c’est dissert’. 

Vous croyez quand même pas que vous allez vous marrer (enfin euuhh j’espère un peu quand meme… ) à chaque fois que je ponds un billet, sans jamais utiliser la masse spongieuse logée au dessus de vos yeux ? non mais wooo.

Bref.

 J’ai longtemps cherché un titre qui transcrive ma pensée. J’avais du mal à mettre des mots sur ce que je ressentais, et c’est pour ça que je vais en faire un billet, pour tenter d’éclaircir tout ça. Venez, rentrons dans les limbes de mon cerveau.. (n’ayez pas peur)

 Allons-y par étapes :

 Qu’entends – je par héritage parental ?

Et bien je parle ici de toutes ces petites habitudes qui ont jalonnées mon enfance et mon adolescence, cette façon de fonctionner qu’avaient mes procréateurs en tant que couple et parents, et qui m’ont imprégné parfois bien plus que je ne le voudrais.

 Je suis quelqu’un de très concret, alors je vous donne du concret :

Le dimanche midi à la maison, maman préparait le repas, pendant que papa vaquait à ses occupations (lesquelles ? euh être devant l’ordinateur la plupart du temps, ne m’en demandez pas plus). Il faisait parfois le commis de cuisine, à savoir éplucher les patates ou écosser les haricots. Mais comme il le dit lui-même : « je n’ai jamais su ce qui se passait ensuite pour les pauvres haricots !  » (ce qui est ballot quand on doit se débrouiller tout seul… maman doit parfois se gausser de là où elle est..)

Donc pour la faire courte, la répartition des taches chez mes parents était plutôt du type : maman à la cuisine, lessive, repassage… et papa s’occupe du jardin, monte un meuble, change une ampoule. Il faisait aussi les courses, ou plus exactement, il partait avec la liste faite par maman et revenait avec exactement ce qui était indiqué (sauf quand il n’arrivait pas à la relire lol). Il n’a jamais émis la moindre idée de repas. Mes parents sont nés juste après guerre, et ont vécu mai 68 en ayant la vingtaine. Mais les changements d’idéologie dans les foyers ne se font pas du jour au lendemain… 

En tout cas j‘ai grandi avec ce schéma sous les yeux.

Maintenant que je suis devenue adulte (il faut bien que je me fasse à cette idée), bien sûr que je suis féministe ! Bien sûr que je veux être l’égale de l’homme !!!

Non mais woooo on est en 2017 ou pas ????

Je suis pour le partage des taches (à 50/50 le partage, pas 80/20…)

Je suis pour les femmes indépendantes.

Je suis pour les femmes au comité de direction.

Je suis pour que les femmes fassent pipi debout ( euuh non quand même pas)

Alors quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi je suis mal à l’aise quand mon mec vient faire la cuisine un dimanche ???? Et oui, figurez-vous qu’il a parfois des envies de risotto ( 5 ans en Italie ça laisse des traces) (oui madame, il fait le risotto comme personne, même que c’est une italienne qui lui a appris) (et je suis même pas jalouse) (j’adore quand il me parle italien) (quelqu’un a vu un poisson nommé Wanda ?)  ou tout simplement, il vient pour mettre la main à la pate (ou les pates haha), pour participer quoi ! (il cuisine aussi merveilleusement le chou vert) (ok j’arrête avec les parenthèses, reste !)

Ou veux-je en venir ? Et bien Je dois bien admettre que quelque part, ça me dérange. ça me perturbe dans mon organisation spatio-temporelle du dimanche. ça n’est pas programmé par mon ordinateur interne, et je me retrouve parfois à tourner en rond.. il me pique mes taches quoi ! 

Est-ce à cause de cette « imprégnation » que j’ai eu étant enfant ? Je ne vois que ça comme explication.

Et puis entre nous (le répétez pas), ses taches de  » mec  » , j’en veux pas.

Tailler la haie ? j’en veux pas.

Sortir la poubelle ? j’en veux pas.

Monter un meuble ? euhhhh si c’est une chaise, ok, si une bibliothèque, j’en veux pas.

Appeler le plombier pour une fuite ? j’en veux pas.

 Alors je me demande si malgré tout, je ne suis pas un peu vieille France (d’ailleurs rien qu’en utilisant cette expression, je suis vieille France rhhhaaaa). La honte quand même ..

Cet héritage familial que je considère d’un autre temps me colle à la peau, et j’ai beau gratter, il a vraiment du mal à s’en aller. Pourtant j’essaye d’être une femme moderne, je pense même que j’en suis une. Je sais me débrouiller toute seule, lorsqu’il le faut. J’ai même habité toute seule, dans la folle jeunesse ! Mais qu’est ce que c’est bon aussi de pouvoir se reposer sur son homme. .

Parfois je me demande même si mon mec n’est pas plus féministe que moi. Il est pour l’émancipation des femmes à 2000 %. C’est un mec, un vrai (qui sait faire la cuisine… des fois), qui a le courage de ses idées, et qui n’hésite à remettre à sa place un bonhomme qui outrepasserait ses droits.

Alors voilà, j’en suis à me débattre parfois avec mon moi intérieur, et ça m’énerve. J’ai beau me dire que c’est débile, je ne peux pas m’empêcher de ressentir ce que je ressens (spéciale dédicace à bébé dans dirty dancing).

On dira ce qu’on veut, je me sens toujours bien au creux des bras protecteurs de mon mec, en me disant que je suis une faible femme qu’il faut protéger. (me jetez pas de cailloux).

Suis-je la seule à vivre cette ambivalence ?

N’avez vous jamais senti ce tiraillement entre traditions du passé et convictions modernes ?

( je vous avais dit qu’aujourd’hui on allait réfléchir !) (allez prenez un doliprane, ça va aller..)

Sinon, en écrivant cet article, j’ai repensé à celui de die Franzoesin, qui parle de son rapport au féminisme, et de son histoire familiale. Vous pouvez y aller, celui-là est vraiment bien écrit ! (car non, je n’ai pas réussi à écrire comme je le voulais)(j’ai eu un mal de chien à pondre ce billet, comme un accouchement sans péridurale tiens !!)

 

 

 

Publicités

53 réflexions sur “Mon héritage parental m’empêche-t-il d’être féministe ?

  1. Merci pour ton billet, c’est un sujet qui me tient très à coeur.
    Même en cherchant vraiment vraiment longtemps, je ne vois pas d’aspects sur lequel je n’aimerais pas que l’égalité H/F soit plus grande dans ma vie : pour les tâches ménagères, le temps qu’on pourra consacrer aux minuscules, la contribution aux revenus du ménage… J’ai toujours bien aimé tondre la pelouse et monter des meubles (c’est comme ça quand on grandit avec son papa), mais aussi coudre et m’occuper des petits – par contre je suis assez nulle en cuisine et timide en gros bricolage. Mais je me suis forcée, de même que je me suis forcée à apprendre à démonter un siphon dégueu et à porter moi-même les trucs lourds. Parce que ma mère a voulu nous apprendre l’indépendance (ou comment j’ai eu droit à 15 ans à un cours de changement de roue sur la départementale sans le brouillard). Du coup, finalement, c’est aussi un héritage parental – pas une égalité réelle, mais ils étaient tous les deux obligés de tout faire… Et je m’efforce chaque jour de combattre par la raison les vieux mécanismes de pensée qui s’accrocheraient encore. Après, ça ne signifie pas qu’on fait les même choses avec mon mari, il est meilleur en informatique et moi pour recoudre un bouton, mais je garde l’espoir qu’à la fin, on soit tous les deux assez bons dans les deux domaines pour pouvoir le transmettre à nos enfants, garçons et/ou filles.
    Et ça ne m’empêche pas une seconde d’apprécier que mon mari me soulève d’une main et soit capable de faire une tête au carré à ceux qui m’embête – sauf que je ne voudrais pas qu’il le fasse 😉

    Aimé par 2 people

    • Mise à jour 3615 ma vie : ce matin même j’ai démonté tout ce qui était démontable dans mon lave vaisselle sans le décastrer, joué avec les fusibles et les arrivées d’eau, vidangé le siphon et purgé l’évacuation. Fière d’avoir mis la main à la pâte, ou plutôt dans l’ignoble eau de vidage…mais ça ne marche toujours pas :/ On ne peut pas gagner à tous les coups !

      Aimé par 1 personne

    • c’est super que tu te sentes capable de presque tout faire ! ca donne plus de liberté ! Je connais des femmes plus jeunes que moi qui n’osent pas conduire ou gérer certaines choses elle même, je trouve ça tellement dommage et handicapant ! chapeau pour le cours de changement de roue ! moi je suis incapable de le faire par exemple…

      J'aime

  2. C’est une excellente question, à laquelle il est difficile de répondre. Oui, bien sûr que ton héritage familial te constitue et fait en sorte que certains changements sont difficiles à instaurer. J’en parle d’ailleurs avec d’autres mots et pour un tout autre sujet dans mon prochain article … Les grands esprits se rencontrent ! ^^

    Personnellement, du haut de mes 24 ans, je n’ai aucun mal à gérer ma vie avec une égalité totale entre mon amoureux et moi. Il fait la cuisine (tout le temps), fait le ménage, la lessive, la vaisselle … Le seul truc que je lui « reproche » c’est de ne pas le faire comme moi (la perfectionniste acharnée). Mais avec le temps, j’apprends à ne plus repasser derrière lui.
    On fait les courses forcément ensemble. Et quand il faut y aller seul, c’est lui qui s’y colle. Logique, puisque c’est lui le maître de la cuisine !

    Par contre, quand je vois mes parents et que j’analyse leur manière de fonctionner … Je vois l’écart. Oui MAIS … Ce que mon père ne fait pas à l’intérieur, il le fait à l’extérieur. Alors oui, il n’y a aucun partage des tâches ménagères allouées exclusivement à ma mère mais les tâches « extérieures », elle n’y touche pas. Elle ne va pas et couper des arbres en forêt, débroussailler, s’occuper des bêtes, remettre du gravier sur le chemin ni couler une dalle.

    Et on va peut-être me dire que je ne suis pas une vraie féministe, mais il faut bien avouer que, certes, si elle le voulait elle pourrait le faire, mais physiquement elle est quand-même beaucoup moins taillée pour le gros oeuvre …

    En gros, je comprends parfaitement ce schéma en campagne (ferme) aux vues de toutes les tâches extérieures que les hommes accomplissent. C’est un peu trivial comme manière de voir mais au moins la part de travail est égale. Mais en ville … Quand les hommes n’ont rien à faire d’autre que d’aider à l’intérieur de la maison où de l’appartement .. Là non.

    J’ai vécu aussi avec le schéma que tu décris. Peut-être un peu moins poussé parce que mon père sait quand-même se débrouiller seul et ça ne m’a pas empêchée de gérer ma vie complètement différemment. La différence entre toi et moi, c’est la génération. La mienne a fait un pas de plus et est décomplexée. La tienne est, à mon sens, au milieu : elle veut être féministe mais « complexe » ou rebute de l’être totalement.

    Qu’en penses-tu ?

    Aimé par 1 personne

    • oulala j’ai failli le prendre mal que tu me dises qu’on a une génération ! mais euuh en fait t’as raison, j’ai pas en tête que tu n’as que 24 ans, c’est de ta faute il y a une telle maturité dans ce que tu écris.. je suis d’accord, il ya quand même des choses pour lesquels les hommes sont plus taillés comme tu dis. je serai bien incapable de tailler la haie, si j’avais été seule je n’aurais clairement pas choisi cette maison…

      J'aime

  3. Je ressens exactement la même chose (sinon je serai pas mère au foyer 😂😂😂) j’ai reçu une éducation très « vieille France  » les filles à l’intérieur et les garçons dehors… et il en reste forcément des traces! À côté de ça je suis quelqu’un qui va me battre bec et ongles contre le sexisme ordinaire…

    Bon après j’ai la chance (ou pas) que mr papa soit lui aussi très vielle France 😂😂😂

    Aimé par 2 people

  4. Je me reconnais bien dans ton article et d’ailleurs ça avait été un sujet de discussion avec une connaissance féministe activiste : toute femme qui se sent l’égale d’un homme est fémininiste. Ce n’est pas pour autant qu’elle ne peut pas faire le choix d’être mère au foyer et s’épanouir dans le ménage (quoique faut pas pousser) et la gestion du quotidien.
    Mes sentiments sont embivallant : j’ai fait de longues études avec l’envie de travailler dans ce domaine et le chômage me retranche dans mon foyer … où je ne suis pas si mal (et culpabilise de cette situation) …
    Et à la maison, le Breton cuisine rarement, sauf pour les pattes du dimanche soir, à la condition que je lui ai tout préparer avant, si je veux que l’on mange à une heure décente … elles sont loin sur nos années étudiantes où nous preparions le repas ensemble … (mais il fait de super cocktail, ça compense, non?)

    Aimé par 1 personne

    • ah oui les cocktails ça compense ! 🙂 le problème du féminisme pur et dur, c’est que des qu’on fait un truc un peu trop fifille ou planplan, on se dit qu’on recule.. alors qu’a final on a peut être le droit d’être féministe avec les ongles manucurés et en étendant une machine non ?

      Aimé par 1 personne

  5. Mon héritage familial, c’est papa à la cuisine… et partage des tâches équilibre. Donc je n’ai pas ton problème de conscience 😉

    Après, ma mère, bonne féministe devant l’éternel, m’a toujours dit une chose: l’égalité homme – femme ne se mesure pas qu’au partage des tâches ménagères. Il y a plein d’autres aspects, notamment travailler à hauteur de ses compétences et le salaire égal. Disposer de son corps et de sa sexualité.

    Aimé par 2 people

  6. Et bien… Pour sûr ça fait réfléchir!!
    Ici la répartition des tâches et plutôt à 80-20 (bon… alleez 70-30 pour faire plaisir à Chéri-chéri qui a l’impression d’en faire beaucoup. Lol!).
    C’est à dire que je délègue certaines choses sans problème (vaisselle et aspirateur : je hais ces bestioles!! Et je le laisse tondre parce que ça le détend) en revanche je m’occupe de l’administratif, de l’entretient des voitures, d’appeler le plombier, etc. Pour le bricolage on fait à deux : 50-50.
    Je me sens son égale… voir au dessus, (j’avoue) car je pourrais me débrouiller sans lui. Lui… C’est moins sûr qu’il y arrive^^.
    Bref. Je me sens féministe car j’aime ce positionnement, je l’ai choisi. Personne ne me l’a imposé, encore moins mes parents qui étaient très « modernes » sur le partages des tâches.
    Bien sûr, j’aime râler de temps en temps, me faire passer pour une victime et me plaindre… Mais la réalité c’est que je suis quelqu’un qui a besoin de faire et a du mal à laisser faire les autres.
    Mais chuut! Ne dit rien à Chéri-chéri ou je perdrais toutes mes munitions en cas d’engueulade (tous les 28 jours à peu près! Réglée comme une horloge je suis! Bon… Sauf là je suis enceinte, donc contente!)
    Ouhhh! Qu’elle était foutraque cette réponse! Je vais me coucher, moi, tiens!

    Aimé par 1 personne

  7. Hey ! Je n’ai pas encore laisser de commentaire sur ton blog donc je me jette a l’eau ! Je n’aime pas la définition moderne de « féministe ». J’ai l’impression que c’est devenu un mot péjoratif au fil du temps et je trouve cela bien triste…
    Je ne pense pas que la femme ait quoique ce soit à prouver pour montrer qu’elle est forte et indépendante et pourtant, les féministes d’aujourd’hui semblent placer les femmes en victimes, donc qui est le sexiste ici? Elles finissent aussi par être sexistes envers les hommes, je n’aime pas du tout cela. Et je ne parle même pas de leur vision de la famille.. qui est d’ailleurs inexistante car en tant que femme forte et indépendante, la famille, c’est pas trop un concept à la mode apparemment ! Puis nous ne sommes pas dans des pays en guerre donc on dispose de pleins de droits que se voient refuser d’autres femmes dans le monde. Mais bon, c’est un autre débat.

    Il n’y a aucun mal à être en quelque sorte attachée aux valeurs traditionnelles ou de vouloir en prendre l’exemple mais aussi, d’y ajouter sa propre touche ! (ce qui est une bonne chose. Les extrêmes font flipper).
    Je pense que, dans un couple, on doit pouvoir compter l’un sur l’autre et ça veut aussi dire s’aider mutuellement !
    Je suis également pour le partage 50/50 des tâches et pas « je prends ce qui m’arrange et te laisse 80% du boulot », c’est trop facile. Je te comprends totalement pour ce qui est des tâches de mecs… Mais bon, si la femme s’occupe du reste, je trouve que c’est un bon équilibre, tout à fait juste. On aime voir son meuble réparé tout comme les hommes aiment quand leur femme leur prépare un bon petit plat ! Tout le monde y trouve son compte :). Pense que, quand tu dis que tu aimes te reposer sur l’épaule de ton copain, il doit aussi penser la même chose et ça fait du bien, il faut l’avouer ! Si ton copain cuisine bien le risotto ou le chou-fleur, pourquoi s’en priver? Il n’y a pas de quoi avoir le sentiment qu’il te pique tes tâches, la nourriture c’est le partage après tout et je suis sûre que ça lui fait plaisir aussi! :). Tout comme il doit sûrement apprécier quand tu lui cuisines tes spécialités aussi. Je ne vois pas de problème à faciliter les choses pour tout le monde.

    J’ai été élevée comme toi également. Ma mère a la hantise de voir quelqu’un s’approprier sa cuisine ! Elle a fait les gros yeux à son ex-copain quand il lui a dit qu’il voulait cuisiner un soir ! Elle m’a une fois dit que ce n’est pas à l’homme de cuisiner mais à la femme. Comme elle pense qu’une tâche est plutôt masculine que féminine. Rien de mal à ça ! Faut dire que je ne vais pas aller m’amuser à réparer un meuble (j’ai deux mains gauches, c’est pour cette raison que j’aime la cuisine : je peux faire un boucan pas possible mais toujours avoir quelque chose de présentable. Un meuble, c’est autre chose !) ou à aller couper un arbre (à moins de prendre des prot’ et d’être le nouveau Sylvester Stallone de la maison. Pas sûre que le mari apprécie.. un coup à se retrouver dans des emissions comme « c’est mon choix » et tu sais que tu as touché le fond dans ce cas-là :,) ). Je n’ai définitivement pas le physique pour faire ce genre de choses ! Mais je l’accepte très bien !

    « On dira ce qu’on veut, je me sens toujours bien au creux des bras protecteurs de mon mec, en me disant que je suis une faible femme qu’il faut protéger » Je suis totalement d’accord ! J’aime que les rôles soient définis dans un couple, c’est aussi important quand on commence à penser « enfants ».

    Donc ne te culpabilise pas !

    PS : En parlant de tâches, comment faire pour convaincre son compagnon de faire la vaisselle? Parce qu’à moins de proposer au mien de faire un gâteau en échange de faire la vaisselle, pas moyen de le convaincre ! :,).

    Aimé par 1 personne

    • je suis bien d’accord ! a force d’y aller a fond dans le féminisme, les femmes culpabilisent si elles font des taches qu’elles devraient partager..(genre moi !!) c’est vrai que chez nous il y a plutôt une répartition des taches en fonction des affinités de chacun. il aime faire le risotto, et moi je ne sais pas le faire, et j’ai pas envie d’apprendre, vu qu’il le fait !! tout ce que je vois, c’est qu’il ne pose que très rarement ses fesses dans le canapé. donc je n’ai rien a lui reprocher, il fait plus que son compte.. pour la vaisselle, nous avons notre ami lave vaisselle ! et monsieur adore le remplir, c’est comme le coffre de la voiture, il doit avoir une passion cachée pour le tétris.. du coup je ne sais que te conseiller !

      Aimé par 1 personne

      • Oh oui !
        Je trouve que c’est une bonne manière de s’organiser ça ! 🙂
        Au moins, il participe aux tâches ménagères et c’est bien que vous ayez trouve un équilibre.
        On a aussi un lave-vaisselle mais je nettoie les gros plats ou casseroles à part. S’il y a quelque chose qui fait fuir mon mari, c’est bien ça ! Je sais quoi faire quand je veux être tranquille.. :,) (je le charrie parfois à ce propos mais vraiment, il s’occupe de ce que je ne veux pas faire comme sortir les poubelles par exemple et je m’occupe de ce qu’il n’aime pas faire donc pareil que toi, ça me va très bien).
        J’ai ri quand j’ai lu la partie sur Tetris ! hahaha. Chez nous, il finit aussi toujours par être blindé et mon mari aussi adore avoir plein de verres pour pouvoir le remplir ! Serait-ce un truc de mari? Va savoir !
        (tu vas rire mais j’ai cette habitude de toujours combler les espaces sur le tapis roulant de la caisse au supermarché. Je le fais un peu moins parce que j’ai compris que c’etait un peu bizarre mais bon.. :,))

        Aimé par 1 personne

  8. Moi le mien dès qu’il met les pieds dans la cuisine pour faire autre chose que son café c’est la catastrophe assurée et il me faut 3 jours pour m’y retrouver. Par contre il passe l’aspirateur et va chercher la poussière dans des endroits que je n’y pense même pas. Il va faire les courses, s’occupe des enfants aussi bien que moi. Bref, à la maison tout le monde participe mais la cuisine je préfère me la garder 😉 et je ne pense pas être arriérée pour autant. Bonne journée.

    Aimé par 2 people

  9. Billet très intéressant.
    Ma maman à moi était une féministe, du genre qui ne fait aucune tâche ménagère, ne cuisine pas.. Elle m’a transmis tout cela et c’était très important pour elle.
    Aujourd’hui, j’ai un mari qui travaille beaucoup et clairement, je fais bcp plus de tâches ménagères que lui. Cela ne me dérange pas parce que je sais que si c’était l’inverse, il le ferait et que dès qu’il peut me relayer, il le fait.
    Tant pis pour ma maman que cela fait hurler, je la remercie quand même de m’avoir appris qu’on savait faire autre chose que tenir une maison !

    Aimé par 1 personne

    • tu as raison, et si tu es bien avec ça, et que chacun fait sa part en fonction du temps qu’il peut y consacrer, c’est le principal ! mais mère était loin d’être féministe, et elle préférait arrondir les angles que de disputer avec mon père.. déjà pour éplucher les pommes de terre il fallait qu’elle demande 3 ou 4 fois…

      J'aime

  10. J’aime bien ton article. Chez moi, quand mon homme entre dans la cuisine, je suis contrairement à toi très à l’aise car je sais qu’on mangera mieux que si c’est moi qui prépare le repas. J’avoue que j’ai de la chance, on partage vraiment les tâches. Quand nos enfants étaient petites, je m’en occupais davantage que lui, mais maintenant qu’elles sont grandes, c’est vraiment équilibré. Après, l’argument des hommes qui s’occupent du dehors me fait toujours marrer. Tondre la pelouse ou la haie, c’est pas toute l’année, alors que les lessives si ! Et en plus la gratification n’est pas la même : tout le monde s’extasie devant un bricolage, une peinture refaite ou une haie bien taillée, mais personne ne s’extasie devant la lessive quotidienne ou le repassage. Et il y a une chose qui n’est pas souvent prise en compte dans la répartition des tâches, c’est la charge mentale qui (je trouve) échoit plus souvent à la femme : c’est elle qui pense à appeler le pédiatre pour le prochain vaccin, à voir la maîtresse s’il y a besoin, à préparer les anniversaires des enfants etc. Et gérer tout ça, ça fait aussi partie du quotidien, ça prend du temps, de l’énergie et ça ne se voit pas…

    Aimé par 1 personne

    • c’est vrai tu as raison, il n’y a pas que les taches « qui se voit » de mon coté papa délire assume plus sa tache mentale : par exemple la pucinette a un appareil dentaire depuis peu, c’est lui qui gère tout : les prises de rendez vous, les allers retours.. et tu as raison, on s’extasie rarement devant mon étalage de linge après la lessive !! rhhaaaa

      Aimé par 2 people

      • Coucou ! Cette « ambivalence » est normale ^^ d’une part parce qu’on a des millénaires de division des tâches selon le sexe de l’individu, donc tu t’imagines bien que ça laisse plus de traces que 5 ans en Italie ! 😀
        Et d’autre part parce que tu as tout a fait le droit d’être féministe ET d’aimer faire la cuisine ET de ne pas savoir changer une roue. Oui oui ! C’est à chacun de définir ce qu’il veut / peut faire 😉

        Aimé par 1 personne

  11. Ma mère m’a élevé a être autonome et indépendante, c’est elle qui cuisinait mais uniquement parce que mon père ne voulait pas essayer. Mon père et ma mère m’on appris le bricolage, comme peindre, tapisser, poser du carrelage, poncer des meubles, monter un mur en parping…Et puis mon mari est arrivé, la cuisine est son domaine, il adore ça. La lessive c’est moi car lui même reconnais qu’il ne regarde pas si un pull ce lave à la main ou à 60°. La paperasse c’est moi car j’aime bien ça, et le bain des filles c’est souvent lui car je rentre du travail après 20h30. Sinon ma touche féministe assumé c’est que j’ai gardé mon nom de jeune fille à notre mariage. Ce coté pseudo rebelle lui plait au final. Belle journée à toi.

    Aimé par 1 personne

  12. Je crois que c’est surtout à chacun de trouver son équilibre, celui qui convient. L’égalité des tâches, oui, mais cela ne doit pas non plus aller à l’encontre de ce qui nous attire. J’ai toujours vu mon père passer l’aspirateur, repasser et faire à manger. Et s’occuper de nous! Ma mère n’était pas une féministe pur jus pourtant. Et elle ne s’est jamais attelée au bricolage ni au jardinage. Après 40 ans de mariage, mon père s’amuse comme un fou dans son jardin et ma mère n’est pas plus heureuse qu’en cuisine!
    Tout évolue!

    Aimé par 1 personne

  13. De mon côté je ne pense pas qu’il y ait des tâches d’hommes ou des tâches de femmes.
    Quand je lis dans un commentaire que la femme « délégue » certaines tâches, comme l’aspirateur, je ne comprends pas…
    Chaque couple (hetero ou homo – est-ce que les couples d’hommes engagent forcément des femmes de ménage ? 😉 ) est libre de se partager les tâches ménagères comme il l’entend, selon le temps passer à la maison, les affinités et les talents (!!!) de chacun.
    De mon côté, je ne fais quasi jamais le ménage. Est-ce que ça fait de moi une féministe pour autant ? Je ne pense pas !
    Par contre je suis triste de voir que dans beaucoup d’esprit cela reste une « tâche de femme », et je milite pour que cette pensée disparaisse.

    Aimé par 1 personne

  14. Je ne suis, pour ma part, pas contre un partage des tâches stéréotypé tant que, comme tu le dis, c’est du 50/50 et que tout le monde y trouve son compte. Effectivement, chez moi, quand quelque chose est cassé, je n’essaie même pas de le réparer, je demande à mon mari. Et j’appelle pas le plombier. Et je sors pas les poubelles. Par contre, je m’occupe (la plupart du temps) de la lessive, je gère les comptes, j’écris les listes de courses… Par contre je ne suis pas mal à l’aise si mon mari fait la cuisine (il la fait 80% du temps) ou passe l’aspirateur (moi je suis assignée à la serpillère, c’est moins lourd, ça fait moins de bruit).

    Je n’ai jamais vu ça comme un héritage parental en fait. Effectivement, ça devait plus ou moins marcher comme ça chez moi, mais ça ne m’a pas marquée. Je crois surtout qu’on se sert de clichés sociétaux pour ne pas faire ce qu’on n’a pas envie de faire (comme le bricolage) ou s’astreindre à faire d’autres choses qu’on n’a pas non plus envie de faire (comme les comptes). Je pense que s’il était établi que toutes les tâches peuvent (ou devraient) être faites à part égale par les deux partenaires, la répartition serait nettement plus compliquée. Je crois qu’on se fait naturellement un partage des tâches qui, quand il n’est pas sur des critères de préférence (je n’aime pas faire la vaisselle, ça ne dérange pas mon mari > il fait la vaisselle ; j’aime le processus de nettoyage/séchage/pliage du linge, mon mari n’en voit pas la beauté > je gère le linge), se fait effectivement sur des modèles anciens (mon mari est à peu près aussi une buse que moi en bricolage… oui mais c’est un homme, alors je le laisse courageusement se débrouiller avec ça) (et aucun meuble de ma maison n’est droit :p). L’important à mon sens c’est surtout de ne pas se sentir spolié(e) dans ce partage…

    Bref, si tu te sens bien dans ce fonctionnement et qu’il est plutôt égalitaire, pourquoi en changer ? Si par contre tu as l’impression que les tâches qui te reviennent selon un modèle archaïque où les femmes étaient généralement au foyer et se tapaient TOUTES les tâches ménagères est trop lourd à porter et mal adapté à votre mode de vie (le plus souvent les femmes travaillent aussi de nos jours), alors il est peut-être temps de secouer un peu ton mari 😉

    Aimé par 1 personne

    • ah je me dois de te dire que si on cumule tout, je pense que papa délire en fait plus que moi… il est levé avant moi et pose ses fesses dans le canap après moi le soir.. d’ailleurs je culpabilise souvent… il ne se pose pas beaucoup, pas assez a mon gout, parfois je sens bien qu’il aurait besoin de prendre du temps pour lui.. mais il y a toujours quelque chose a faire dans une maison… moi j’avoue que je commence a lâcher un peu, sinon on ne ferait rien d’autre !

      J'aime

  15. J’ai mis du temps à répondre à cet article parce que j’ai tellement écrit sur le sujet finalement que j’ai l’impression d’avoir épuisé ma prose 🙂 . Mais merci en tout cas pour la gentille référence. Je pense en effet que nos parents ont une influence sur nos comportements dans ces domaines mais pas toujours dans le sens qu’ils imaginent : parfois on reproduit, parfois on choisit l’opposé… En tout cas votre modèle ne me choque pas du tout du moment qu’il vous convient à tous les deux ! C’est toujours le petit truc qui change tout.

    Aimé par 1 personne

  16. Ahahah moi j’en ai fait mon cheval de bataille ! Mes parents étaient un peu de la vieille école donc j’ai eu le modèle classique de la femme qui faisait tout à la maison et de l’homme qui rentrer et mettait les pieds sous la table…et c’est bien quelque chose que je ne voulais pas reproduire. Manque de bol, mon copain estime que tant que je ne travaille pas, c’est à moi à tout faire et sa mère le pousse dans cette direction… du coup ça me donne encore plus envie de me rebiffer !

    Aimé par 1 personne

  17. hannnnnnn mais oui !!!
    ta mis par écrit ce que je tourne dans ma tête des fois aussi… et moi j’ai 10 ans de moins que toi (sans vouloir te vexer), alors j’ai encore moins d’excuse que toi pour la femme moderne ou l’influence de mes parents, donc plus jeune aussi que les tiens…. je réagis comme une femme des années d’avant, et je me sens même extraterrestre à côté des autres qui ont mon âge…

    Aimé par 1 personne

  18. Pingback: Il y a bien quelqu’un au bout du tuyau… |

  19. Pingback: Vous reprendrez bien un petit peu de charge mentale ? (mais ça risque de piquer un peu) |

exprime toi, je suis toute ouïe !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s