Et si je vous parlais de moi ?

IMG_1432

Je dois m’accepter comme je suis.

Je regarde ces sites des autres coachs, que je trouve beaux. je voudrais être eux. Je voudrais être déjà à leur place. Leur affaire est installée, ils écrivent des articles inspirants, ils ont de beaux sites, tout à l’air si parfait…

J’ai peur de louper le coche. J’ai peur de prendre mon temps, et que la place soit prise. J’ai peur d’arriver trop tard.

Je ne suis pas patiente, pas trop avec les autres, encore moins avec moi même.

J’ai peur alors je procrastine. Je surfe, je fais autre chose, qui peut être utile, mais du coup je n’avance pas forcement dans ce qui est nécessaire.

Je me fais flipper toute seule, tout ça n’est pas pour moi. L’entreprenariat n’est pas pour moi. Je n’ai jamais fait. Normal donc que j’ai peur. J’ai peur de l’inconnu. J’ai peur du RSI. J’ai peur de ne pas avoir de clients. J’ai peur d’être bien mais de ne pas rencontrer ma cible. Mais j’ai peur de ne pas savoir les aider. Pourtant je sais que ça ne dépend pas de moi. Seuls eux pourront se mettre en action. Je serai juste là pour qu’ils prennent conscience des choses qui vont, et qui ne vont pas.

De la même façon que je me mets ou pas en action, eux se mettront ou pas en action. 

Mais je continue à me mettre la pression, et elle me paralyse. Malgré tout je place de petites petites actions, quand même.( à moins que j’écrive cette phrase juste pour me rassurer)

Je cherche dans le giga internet et j’ai peur de ce que je trouve. Lorsque je vais à des réunions d’infos sur lancer son business, je suis terrorisée. Je rentre en pleurant. Mais de quoi ai je peur ? Pendant des mois je me suis répétée  » si ils y arrivent, pourquoi pas moi ? » mais cette phrase ne marche plus.

A la place, j’entends  » tu ne sais pas faire, ça n’est peut être pas pour toi.  »

Je voudrais commencer à écrire des articles inspirants, des articles avec des bouts de moi dedans. Que les gens viennent me voir pour moi. Pour le moment, ça ne vient pas. j’en lis tellement des beaux, des biens tournés, des qui inspire, je me dis comment je pourrais faire mieux que ça ?

Et puis se vendre c’est quoi ? C’est juste parler de son métier avec passion, au final.

Et puis, aussi, je ne suis pas à l’aise, lorsque je vais à l’école à 16h30. je ne suis pas à l’aise, quand je fais mes courses à 9h le vendredi matin.

Lorsque je me réveille le matin, l’angoisse m’étreint. Je stresse, je panique. Je ne suis nulle part. Plus à mon ancien job, mais pas encore au nouveau. Je ne sais même pas quand , ça va démarrer.

Comment ont fait les autres ? Certainement pas comme ça, car personne n’a le même parcours.

Je ne suis pas les autres, je suis moi. Je dois m’accepter et m’aimer.

Même les coachs ont des défauts, même les coachs ont des soucis. Ils ne sont pas plus parfaits que tout à chacun.

Voyez comme je me juge trop. Je ne suis pas bienveillante envers moi même. J’aimerai avancer sereinement. Je peux le faire. Je ne suis pas à la rue. Mais je n’arrive pas a me faire confiance. 

Alors oui j’en suis là, pleine de doutes et de peurs. Je savais que ça remuerait quelque chose, cette (r)évolution,  mais pas à ce point. 

Tout cela est décousu, mais je l’ai écrit d’une traite, j’en avais besoin. J’aurais aimé vous faire un bel article, pour vous dire combien c’était beau, passionnant tellement revalorisant de repartir de zéro. Comment je m’éclate, à chercher et à tout mettre en place. Pour le moment je me demande juste ce qui va se passer, Est ce que je vais y arriver ?

Le plus terrible c’est que je suis la seule à avoir les clefs. Je ne peux pas les passer et dire « tiens vas y, conduis toi  » ! Alors, y’a un pilote dans l’avion ou pas ?

Pour le moment, l’urgence c’est de finir ce p*** de mémoire, en essayant de ne pas y coller trop mes doutes. M’imprégner de mes cours, les relire. Mais l’expérience est quasiment la seule façon d’avancer dans ce métier, je le sens.

Je me raccroche -comme un naufragé à son radeau- à ma famille : mon mari, mes enfants. Ils sont ma balise, mon repère. Je suis encore là, j’existe toujours, je suis toujours la même, grâce à eux. Mon mari regarde mes doutes avec bienveillance et amour, il croit en moi mille fois plus que moi.

Et puis ces 3 personnes, que j’ai suivies, qui me disent que je les ai aidé, qui me remercient.

Merci à elles.

Merci à moi.

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Dans quel état j’erre ?

bike-lover-2720196_1920.jpg

je ne connais plus personne en Harley Davidson… 

Par ou commencer ?

J’ai un article sur la vie en combi à écrire, il faudrait que je vous parle de la rentrée de mes petits devenus grands, je n’ai que très peu le temps de suivre les comptes que j’aime, je voudrais vraiment me remettre au sport, bref, je suis en plein tourbillon.

Et puis surtout, surtout,  je viens de finir ma formation, avec les 3 derniers jours juste avant la rentrée scolaire. Forts en émotions aussi ceux là. J’ai rencontré de sacrées nanas, c’est moi qui vous le dit. Pas une pareille, mais quelle richesse!

Et moi ? Il ne me reste plus « qu’à » pondre un mémoire sur mon parcours, me préparer pour l’oral, et bien sur, creuser sur quel coach je veux être, et aussi comment. Ça veut dire monter mon site, mettre en place les textes qui y seront, mais aussi voir la forme juridique, faire un coucou à pole emploi de temps en temps, …

Je ne vais pas vous faire toute la liste, vous allez flipper par procuration.

Mais hey ! Je suis coach non ? Je sais que j’ai les ressources en moi… (la bonne blague).

Noooooon mais ne vous y trompez pas, j’y crois à mon métier (vaudrait mieux quand meme !!) !!! J’ai vu, déjà, ce que les exercices ont provoqué comme prise de conscience chez mes petit(e)s camarades de jeu. Je me rends compte aussi que même si je ne suis pas encore gonflée à bloc de confiance, je sais que je peux y arriver, le tout c’est de savoir être indulgente avec soi même, analyser et corriger les erreurs.

Bref, avancer petit à petit. Personne n’est arrivé en cassant la baraque d’entrée (sauf picoubulle)

Bon dans tout ça, il faut aussi que je sois disponible pour ma pucinette qui débarque en 6 eme, car croyez moi c’est un sacré changement. Pour nous parents aussi. Elle fait le chemin comme une grande, ça fait très bizarre.

Tout ça pour vous dire que je ne vous oublie pas, je culpabilise un peu d’ailleurs car je n’ai pas le temps de lire et commenter beaucoup, et de vous donner des nouvelles.

Alors je vais essayer de vous tenir au courant de mes avancements, car je sais que certaines sont intéressées par mon parcours ou juste curieuses de suivre ce qui m’arrive (et la curiosité n’est pas un vilain défaut !) .

Une image peut être ? Je suis dans une jungle amazonienne, la machette à la main, je trace mon chemin ( ohhhhh c’est beau) (et en plus y’a pas de mygales) (enfin j’espère).

Donc pour le moment, je me concentre sur la rédaction de mon mémoire (j’ai rédigé la page des remerciements, c’est déjà pas mal non ?).Je vais m’imprégner de tout ce qu’on m’a appris, me l’approprier, pour pouvoir m’en servir lors des séances (enfin encore mieux).

Je suis sur la fin de mes coachings. J’ai espoir que tous mes clients iront mieux, même si cette amélioration ne dépend que d’eux. J’ai eu déjà quelques retours positifs, qui m’ont donné un boost de confiance en moi.

Je commence aussi à me renseigner sur mon futur statut, mais je suis un peu dans l’expectative en attendant de voir ce qu’il advient du fameux RSI…

Mon futur site est quasi dans ma tête, il ne suffit que de le sortir sans que je perde la moitié de mon cerveau. ça risque de ne pas être sans mal ! Suis pas informaticienne moi, et il suffit de voir le graphisme de mon blog pour comprendre qu’il va falloir que je fasse beaucoup, beaucoup mieux (quitte à me faire aider). bref.

Et le moral dans tout ça ? Est ce que je regrette ? Comment je le vis ?

Moral : ça va. Parfois je descends, parfois je remonte. Sympa, j’adore les montagnes russes ! (hummhummm)

Est ce que je regrette ? Non. Ma place n’était plus là bas. Clairement. Je suis très heureuse qu’une personne motivée ait pris ma place.

Il ne me reste qu’à trouver ma nouvelle place, c’est en cours de téléchargement. (ça peut être long)

Voila mes amis, je ne vous oublie pas, et je vous raconterai mes avancées dès que je pourrai.

Je vous embrasse (virtuellement) sur la fesse gauche.

Vite fait : Je pense à miss texas qui a vécu Harvey de l’intérieur, je pense à Matilde pas poule qui a repris le boulot alors qu’elle a une nouvelle puce de même pas 3 mois, je pense à frau pruno qui continue à être désopilante avec une régularité à qui me filerait de l’urticaire, je pense à Angélique qui a à peine été désorganisée une demi journée à l’arrivée de son deuxième petit bout, et à qui j’ai promis de passer la voir (avant que son fils n’ait 18 ans), je pense à rozie dont je lis les textes touchants mais que je n’ai plus le temps de commenter, je pense à chat mille qui a préféré arrêter de bloguer et c’est fort dommage, je pense à la belle Marie qui continue d’ouvrir ses ailes de beau papillon, je pense à Simone qui a un gros bidon, à psychota qui ne ménage pas sa peine pour voir ce fichu test afficher 2 barres, je pense à catwoman sur son île sans pluie, je pense à maman nouille qui commence une année marathon, je pense aux blogueuse bordelaises que j’aimerai rencontrer : mamour, p’teapotes, lilie, lise, … (combien de jours en septembre déjà ??) je pense à die franzoesin qui pouponne tranquille tout en continuant bloguer avec une classe légendaire, je pense à maman tout terrain qui m’éclate toujours autant, je pense à zazimutine avec qui je dois arrêter de trouver les points communs (ça va devenir troublant !) … je pense à virginie (mais ne lui dites pas) à qui j’ai promis de boire un verre en septembre (combien de jours en septembre déjà ??) Je pense à picou qui ne s’arrête jamais (non je suis pas jalouse ! un jour je vous parlerai de la zone d’ombre..), je pense à Amélie qui tape toujours dans le mille avec ses dessins… je pense à toutes celles qui se disent « bordel elle ne m’a même pas citée !! »  Je pense à vous, lecteurs et lectrices de l’ombre, pour qui j’écris, soyons clair (aussi pour moi un peu quand même)… donc même si vous n’avez pas l’impression que je suis là, sachez le, je suis quelque part part là, dans l’ombre…

 

 

 

Happy birthday to me !!

guinea-pig-1969698_1280.jpg

Oui, aujourd’hui c’est mon anniversaire.

Je garde pour moi cet âge que la décence m’oblige à taire. (rigolez pas)

Je n’ai pas trop envie de faire un bilan de ma vie, j’ai encore trop de trucs à réaliser !! (même si je pense de plus en plus à écrire mes mémoires, histoire de mettre sur le papier tous ces souvenirs qui un jour s’effaceront irrémédiablement)( rassurez-vous je ne les publierai pas sur le blog, ça sera uniquement pour ma descendance, qu’ils puissent avoir une trace de la jeunesse de leur maman)

Bref.

A l’occasion de l’anniversaire de mes enfants, je vous avais raconté mes accouchements (ici ou )(quelle originalité n’est-ce pas !!)

Alors du coup, le jour du mien, que vais-je pouvoir vous raconter ? Lire la suite

Mon héritage parental m’empêche-t-il d’être féministe ?

retro-1321078_1280.jpg

Aujourd’hui c’est dissert’. 

Vous croyez quand même pas que vous allez vous marrer (enfin euuhh j’espère un peu quand meme… ) à chaque fois que je ponds un billet, sans jamais utiliser la masse spongieuse logée au dessus de vos yeux ? non mais wooo.

Bref.

 J’ai longtemps cherché un titre qui transcrive ma pensée. J’avais du mal à mettre des mots sur ce que je ressentais, et c’est pour ça que je vais en faire un billet, pour tenter d’éclaircir tout ça. Venez, rentrons dans les limbes de mon cerveau.. (n’ayez pas peur) Lire la suite

2017 : année défi

defi.jpg

malheureusement non, ça n’est pas une photo de moi !!!!

Ouais, rien que ça.

 

Pour tout te dire, je ne suis pas du style à prendre des résolutions en début d’année. Ou plutôt si, mais c’est quand ça me pète au casque. Par exemple je peux me dire qu’il faut que je boive 1,5 litres d’eau par jour, mais ça sera un 14 avril. Ou alors je me mets au canevas, et ça, ça peut me prendre un 7 octobre. Voila. Mais le 1er janvier, ma seule bonne résolution c’est d’en faire le moins possible (enfin juste ce jour là) et j’avoue que cette année, j’ai plutôt bien réussi, il faut dire que je me faisais gronder par papa délire dès que je tentais d’approcher le lave-vaisselle. Et bah tu vas rigoler mais j’ai eu un mal de chien à ne pas faire grand-chose. Fou  non ?

Bref je vais essayer de ne pas trop faire de digressions, je sens que je commence déjà à m’égarer.

Parce que 2017, ça va envoyer du steak. J’ai décidé. Mais j’ai pas attendu le 1er janvier pour me le dire. Je prépare mon coup depuis quelques temps déjà. Lire la suite