C’était bien les vacances ?

IMG_1261.JPG

Heeeeyyyyyyyyyyy comment ça va ?

Oui je sais, je vous ai lâchement abandonné pendant un mois. Non mais attendez, j’ai une excuse : j’étais en vacances. Et non, je n’aime pas publier des trucs alors que je ne suis pas là. Et puis il faut que je vous manque un petit peu, sinon comment vous rendriez vous compte que je vous suis indispensable ??? ( hummhummm…) bref.

(faudrait que j’arrête avec bref un jour, j’en mets beaucoup trop ! bref.)

Nous étions donc en… Hollande. Ou plutôt, aux Pays bas . Car la Hollande n’est qu’une région des Pays Bas, le saviez vous ? Moi avant, non. Mais maintenant si ! Vous vous coucherez moins bêtes ce soir.

Alors, je vous raconte ?

Nous partîmes à 2, en n’en rattrapant 2 petits en cours de route, qui stagnaient déjà depuis une semaine en Normandie.

La route vers le nord de l’Europe fut douce, nous fîmes une première halte chez nos bons amis du chnoooooord, qui nous ont reçu comme il se doit dans le Nord : on a failli pas s’en remettre. Bref.

Ensuite c’est simple : quelques trois heures de route, la Belgique avalée et traversée en moins de temps qu’il ne faut pour dire Waterzoï, et nous y voilà : le pays aux plaques d’immatriculations jaunes. Ça, je sais que ça parle à peu près à tout le monde : ils sont partout chez nous, surtout en été. On se demandait d’ailleurs si on allait croiser des hollandais aux Pays Bas.

Je vous enlève le suspens de suite : oui, certains autochtones restent chez eux. Et ils parlent bien anglais, Dieu merci. Car le néerlandais, j’ai pas réussi. A part « allo » ! pour dire bonjour. Le reste.. même « s’il vous plait » , j’ai jamais réussi à le dire correctement. en théorie c’est « alsjeblieft », mais moi j’aurai plutôt dit « al-chte- blisss » bref.

Du coup c’est papa délire qui s’y collait à chaque fois, en naviguant entre l’anglais et l’allemand. Sauf que le néerlandais ça n’est pas de l’allemand ! Mais bon on fait avec c’qu’on a hein !

A part ça, qu’est ce qu’on a fait ?

  • du vélo
  • du bateau
  • du montage de tente
  • du vélo
  • des photos
  • des sandwichs
  • de la marche à pied
  • des courses dans les supermarchés
  • du vélo
  • du démontage de tente
  • de l’observation de cerfs
  • du vélo
  • du nourrissage de canards
  • du comptage de moulins
  • des jeux d’eau
  • de l’observation d’oiseaux
  • du vélo
  • des châteaux de sable
  • du comptage de lapins
  • de la dégustation de poisson dans les ports
  • et…. du vélo.

C’était revigorant comme y disent ! niveau temps, c’était plutôt le printemps. On se levait : nuages. On prenait le petit dèj : soleil. On partait en vélo : soleil. On faisait une pause : averse. Bref, je trimbalais mon imper quand j’en avais pas besoin et j’oubliais mes lunettes de soleil quand les nuages disparaissaient.

L’avantage, c’est que la pluie ne restait jamais longtemps (et au final que 2/3 fois en 15 jours). Les températures restaient dans les 20/22 degrés du matin au soir. On vivait quasi nus tout le temps dehors, naviguant entre la tente et le combi. Pourquoi on a les 2 au fait ? ça, vous le saurez au prochain épisode, petites coquines.

J’avais déjà constaté que mon corps s’adapte : je suis moins frileuse lorsque je vis dehors. fou non ? Et pour celles qui me suivent depuis plus d’un an (coeur sur vous), sachez que j’ai enfin trouvé THE pull qui me tient chaud et qui ne me fait pas ressembler à un mammouth laineux en pleine décomposition. (rester girly quoiqu’il arrive)

A part ça, les Pays Bas, c’est comment ?

beau.

Comme partout, il y a des coins moins reluisants, mais nous reste toujours cette impression de propreté, même derrière les usines, il y a de l’herbe tondue, des fleurs…

Et puis bien sur, il y a de l’eau, beaucoup d’eau. Chez eux, la gestion de l’eau et des canaux est l’affaire de tout le monde. Bah tu m’étonnes, avec un tiers voire la moitié du pays sous le niveau de la mer, on comprend qu’ils se sentent concernés…

Nous avons visité le « Delta center », là ou il y a d’énormes digues qui ont été construites, à la suite d’une terrible tempête en 1953. Les digues de l’époque ont cédé, l’eau s’est engouffrée dans les polders (ces terres cultivées et habitées, en dessous du niveau de la mer), faisant 1800 morts. Suite à ça, il y a eu des années de discussions, pour finalement décider de construire des digues qui ne se ferment qu’en cas de tempête, pour laisser passer la marée et permettre à la faune et la flore de continuer sa petite vie avec l’eau salée. (c’était la minute cours d’histoire-géo, ne me remerciez pas) (vous vous coucherez moins bêtes ce soir)

En tout cas c’est impressionnant ! Et là, je sens qu’une question vous turlupine :

Mais comment ont-ils fait pour traîner leurs enfants dans une expo sur la construction de digues ? 

Non mais attendez, ils étaient ravis ! ça ou la plage, aucune hésitation de leur part ! Ces petits sont des êtres insatiables dès qu’on leur parle culture.

Ok. Je sens un certain scepticisme. La vraie version ? y’sont balaises ces néerlandais ! Lorsque tu te rends sur place, tu as l’expo sur la construction des digues, la visite, mais aussi… le spectacle d’otaries et de phoques, la piscine avec 4000 togobbans, une aire de jeux avec des mini digues pour faire circuler l’eau… et des transats pour les mamans qui en plein le dos de lire les explications sur ces fameuses digues.  Donc, tout le monde en a eu pour son argent (enfin seulement le notre, les enfants n’ayant pas voulu payer leur entrée avec leur argent de poche, les ingrats)

Et le vélo dans tout ça ?

Bien sur je ne vous apprend pas que les pistes cyclables sont légion là bas, à la campagne, à la ville… c’est un vrai plaisir. Éloignées de la route, avec de beaux panneaux indicateurs… On s’est même pas perdus, pourtant c’est le sport national chez nous.

Par exemple pour nous rendre à Amsterdam, nous avions au choix : un bus, qui nous serait revenu à 40 euros pour 4, ou faire 20 minutes de vélo, prendre un ferry gratuit pour tous, et arriver au cœur de la ville. On a pas hésité une seconde : 40 euros, c’est une nuit de camping ! Bon on a préféré laisser nos vélos avant Amsterdam, car là bas, c’est pas des tendres sur leurs 2 roues. ça pédale vite, ça klaxonne… bref, t’as plutôt intérêt à savoir ou tu vas et à ne pas pédaler le nez en l’air à essayer de comprendre comment cette bâtisse penchée fait pour rester debout. C’est leur moyen de transport coco. Un gamin devant, un autre derrière, et zou ! A Créteil ! (enfin presque).

Mais dans le reste du pays, on a pu les utiliser.

Oui vous avez compris : j’ai maintenant des cuisses en béton ! (non même pas, je vous rappelle que c’est plat !enfin presque tout le temps..) Par contre, ma fille ayant maintenant un vélo à la même taille que le mien, il ne reste que mon fils pour être parfois derrière moi, j’ai du souci à me faire pour les années à venir.

Nous avons aussi glandé (enfin surtout moi) à la plage, pendant que les enfants (et leur père donc) essayaient de construire un mini Poudlard en sable. Rien que de les regarder, j’étais épuisée.

On a réussi à les emmener sans trop de raleries au kroller museum, là ou il y a des tableau de Van Gogh. même qu’ils ont trouvé ça beau. (il aurait pas fallu que ça dure toute la journée quand même !)

Nous avons visité des petites villes très mignonnes (Marken, Delft..) , que j’ai préféré pour ma part à la grande Amsterdam. Trop de foule, trop de rues, trop de tout…

Qu’est ce qu’on a mangé ?

Des rollmops, des poffertjes (petites crêpes)(mummmmm ),  du poisson frit, des glaces, du gouda (du jeune, du vieux, du mi-jeune, du mi-vieux…) des petits pains, des frites, des tulipes euhh non pas des tulipes.

Voilà, je pourrais vous en raconter bien plus, mais je constate que vous dormez déjà !

Je vous laisse avec quelques photos …. (rouvrez les yeux !) Prochainement, je parlerai de la vie en combi, y’en a 2 qui m’ont réclamé un article là dessus, je ne peux pas décevoir mon public !

DSC_0143.JPG

un cerf dans le parc national De Hoge Veluwe

DSC_0445.JPG

un soir au camping..

img_1185.jpg

« let me be myself » 

img_1269.jpg

moulins et vent, un jour d’août…

dsc_0915.jpg

splashhhhhhhhh

DSC_0667.JPG

Marken, petit port sur la cote

IMG_1066

test de vélos hollandais !

 

news en vrac : ski, coaching, et belles rencontres !

img_0502

éléphant des neiges

 

Me voila reviendue  !! (oui j’écris ce que je veux, même des fautes de conjugaison)

Quelle semaine mes amies, quelle semaine ! ou plutôt quels 10 jours !

J’ai la tête et le cœur en ébullition !

On va faire ça dans l’ordre chronologique, histoire que je me perde pas ( et vous non plus)

J’ai donc commencé par suivre 3 jours de formation au métier de coach, qui ne sont que le début de la formation bien sur. Lire la suite

Cigognes, saucisses, châteaux, et visite éclair à l’hôpital de Colmar..

DSC_0802 blog

Voilà mes blogocopinettes. Je suis reviendue.

Je crois que ce billet va partir un peu dans tous les sens, vous m’en excuserez ! Je vais essayer de résumer les temps forts de nos vacances, histoire de vous faire partager tout ce que nous avons vécu !

Petit topo pour commencer, histoire de planter le décor : Lire la suite

Le bel été 82..

cereals-1465304_1280

Oui mes blogocopines, je suis aussi vieille que ça.

En 82, j’avais 8 ans. Ça te laisse une petite idée de mon âge ! (enfin quant ’à l’âge mental, ceci est un autre débat : parfois j’ai 80 ans, je veux me coucher à 21h02, parfois j’ai 5 ans, à Disneyland par exemple)

Bref.

Dans les années 80, les vacances d’été, c’était juste le pied.

Allez viens, aujourd’hui je te fais rentrer dans mon univers de petite fille.. Lire la suite

Aventures campingnolesques et belles rencontres !!

camp 1

L’autre jour, après mon billet sur « avoir le staïle en camping », miss Aileza a mis un com ou elle me disait qu’elle avait arrêtée d’aller en camping, étant donné qu’elle avait moyennement envie de regarder sa voisine s’épiler le d’sous de bras pendant qu’elle se lavait les dents (lol). Du coup ça m’a refait penser à tout ce que j’avais déjà vécu avec papa délire, depuis qu’il m’avait fait découvrir les joies du plantage de tente et autre vaisselle à l’air libre.

Et comme c’est l’été, qu’il fait presque beau, je me dis que c’est le moment ou jamais de te raconter quelques moments sympas ou drôles que j’ai vécu avec lui, puis avec les moufflets délires, pendant nos folles vacances ! Lire la suite