Après la phase du « non », la phase du « oui » !!

IMG_3601.JPG

non, la photo n’a rien à voir avec le texte. Et alors ?? 

HEEEYYYYYY !!!!!

Je prends 40 secondes 12 centièmes pour écrire un petit mot ici. Aujourd’hui on parle enfant, ça vous va ? (enfin comme vous pouvez pas me répondre là tout de suite, on va dire que vous êtes d’accord !)

L’autre jour, en scrollant sur insta (finalement je ne suis pas si vieille que ça lol) j’ai vu passer le post de Hautlesnains sur la fameuse période du non, chez les enfants, qui semble l’agacer au plus haut point ( je me demande vraiment pourquoi ???).

C’est vrai ça ! La période du non… Figurez-vous qu’avec 2 mignons de 10 et et 12 ans, cette période est reléguée chez moi aussi loin que l’action de changer une couche (je suis même pas sure que j’y arriverais tiens !! Remarque ça doit être comme le vélo, ça s’oublie pas ces trucs là !!). En plus je n’en ai qu’un assez vague souvenir, je me demande même si mes enfants me l’ont fait subir (ne me jetez pas de tomates pourries please, mettez les donc au compost !! haha)

Et après avoir lu donc sur la phase du non, et en repensant à mes enfants, il y a une chose qui m’est venue directement à l’esprit : les miens sont dans la phase du « oui ! »

Je vois d’ici vos mines réjouies de mamans harassées, débordées, qui n’en pleuvent plus de batailler pour le moindre bain à prendre, enfilage de chaussures, ou couchage du soir..

Ahhhh enfin une bonne nouvelle, que vous vous dites.

Bon. Avant de vous emballer, laissez-moi vous expliquer.

Pour commencer, prenons quelques exemples :

Pucinette, tu peux ranger ton bureau ? 

oui !

P’tit poulet, tu peux faire à manger au pépettes ? ( NDLR : les cochons d’inde)

oui oui !

Pucinette, tu peux aller prendre ta douche ?

oui !

P’tit poulet, tu viens mettre la table ?

oui !

Bon je crois que vous avez plus ou moins saisi le concept !!

Ces dialogues ne sont-ils pas d’une fluidité époustouflante ?

N’émane t-il pas d’eux une sérénité, un apaisement digne du meilleur CD de musique ZEN vendu par « calme et serein comme un escargot qui vient de naître » ???

Je suis d’accord avec vous.

Oui mais voilà, car il y a un mais, bien entendu, non mais vous vous attendiez à quoi ????

Ces OUI ne sont que rarement suivi d’action. Je suis sympa, je n’ai pas dit jamais. Car il y a peut-être eu, une fois ou deux, un être humain qui s’est vaguement déplacé vers la cuisine ou la salle de bain.

Car le grand enfant, au contraire du petit baveux qui trotte encore en couche culottes lavables-réutilisables-zéro déchet, a progressé en psychologie parentale.

Il a compris. Il a compris le pouvoir apaisant du OUI sur le parent pressé, excédé, speedé.

Et du oui, il t’en délivre en veux-tu en voila !!!

Parce qu’à force, il a bien capté ce que pouvait générer un non, chez ses parents : de la colère, des cris, de la punition, bref, que des trucs pas cool pour lui.

Par contre le OUI, a un effet tellement apaisant !!

Il est hallucinant pour moi de constater, alors que cela fait maintenant plusieurs années que je subis ce traitement, le pouvoir immédiatement calmant du OUI. Comme si tu prenais une flopée de lexomil doublé de xanax en intraveineuse. Tu planes littéralement.

Et je te parle même pas du plaisir que tu as de rayer mentalement ta liste, ou comment faire baisser ta charge mentale d’un coup :

bureau à ranger

douche pucinette

faire à manger aux pépettes

mettre la table

Mon cerveau est immédiatement calmé après avoir entendu ce mot magique. Je m’en retourne à mes occupations (me vernir les ongles, m’épiler les sourcils, lorgner les story des copines sur insta) … le cœur léger, telle une jouvencelle en recherche de son preux chevalier presque plus boutonneux.

Certes, certes, certes.

Le problème, c’est le deuxième effet kiss cool : parce qu’à force aussi, je me rends assez vite compte qu’on m’a bernée, trahie, embrouillée. Et que les petits mignons continuent tranquillement à jouer aux légos / lire / regarder les lapins crétins sur youtube sans plus se préoccuper de la requête de leurs ascendants.

Et là, donc, j’y retourne. passablement énervée, voire parfois désabusée. Et j’ai encore une fois droit à ce fabuleux OUI (si ça a marché une fois, qu’ils se disent…) Sauf qu’en général la 2eme fois ça passe moins bien.

Et l’autre jour, j’ai même fini par dire à ma pucinette :

Arrêtes de me dire OUI !!! j’en peux plus ! STOP ! Ne me dit rien, et agis !!! bon dieu de bois !!!!! OU alors dit moi carrément NON, ça sera plus clair !!!

Oui, vous avez bien lu, vous qui luttez tous les jours pour en finir avec cette phase du non, moi, je réclame à mes enfants de me dire non ! On marche sur la tête, je vous le dis…

Et donc la solution, c’est quoi ?

Aaahhh parce que vous croyez qu’après tous ce laïus, je vais vous pondre une méthode miracle ? M’enfin, si je l’avais, je l’aurais déjà pondu dans un livre, et je serais déjà multimillionnaire et adulée par toutes les mamans, un peu à la manière de quatre enfants ! hihi (je ne l’ai encore pas acheté, mais y a t-il un chapitre consacré à cet épineux sujet ? Quelqu’un peut-il me dire ??? )

Bon cela dit, je tente des trucs quand même.

Je leur parle de respect.

Je leur parle de se mettre en action.

Je leur dis que je vais bientôt mettre les pépettes sur le bon coin. (#mereindigne)

Je reste plantée là jusqu’à ce qu’ils daignent enfin bouger leur séant.

Et parfois, ça marche. L’être humain n’étant pas une machine, il ne réagit pas toujours de la même façon au même stimuli. C’est dommage hein ? ça nous simplifierait bien les choses à nous, les parents !!!

Je dois avouer qu’à force, j’en ai pris un peu mon parti. Après tout, la maison, c’est pas l’armée… donc des fois, ben je leur lâche un peu la grappe, aussi…

En tout cas, je pense que j’en ai (au moins) pour jusqu’à la fin de l’adolescence, de ce OUI absolument inactif.

Quelqu’un a un xanax ???

PS : Si quelqu’un a une solution à ce problème, qu’il se fasse connaitre IMMEDIATEMENT !!

PS2 : la prochaine fois, je vous parlerai de la pucinette qui est une adolescente à part, et du bon coté du terme, cette fois ! Ensuite on parlera de nourriture, puisque j’ai lu « nous sommes ce que nous mangeons » et encore après, je vous donnerai mes recettes faciles, rapides et équilibrées pour maman pressées !!! bon j’ai pas mis les dates en face, hein…..

 

Publicités

la bascule !

annie-spratt-178364-unsplash.jpg

2018/2019.

Nous y voilà, transition, bilan, ou vais-je en 2019 ?

Je ne sais pas trop par quoi commencer. Comment donner une teinte à cette année 2018 ? bon dieu que le temps passe vite (#teamexpressiondemamie ) !!

Comment lui donner une unité, alors que je suis passée par tellement d’étapes, d’états internes si différents ?

Un coup j’étais euphorique, vivante, pleine de joie, dynamique, à fond les manettes et tout ce qui s’en suis.

Un autre jour j’étais désespérée, telle une adolescente qui se jette en pleurs sur son lit car Bradley vient de lui dire qu’il lui préférait Kimberley  (le goujat !)

Moi une crise de la quarantaine ? Mais pas du tout enfin ! En tout cas je me suis parfois demandée si je n’étais bipolaire !!

En cette fin d’année, je crois que j’ai compris un truc. Enfin j’ai compris pleins de trucs.

Toutes les erreurs qu’il vaut mieux éviter quand on se lance dans autoentrepreneuriat, je les ai listées, vues que je les ai faites. Je les partagerais sans doute sur le site pro, si ça peut en aider quelques unes à ne pas se vautrer…

J’ai eu parfois l’impression de ne pas savoir ce que je voulais. Enfin heureusement il y a une chose que je sais : quand je coache, je me sens bien. Je le savais déjà, mais c’est tellement difficile parfois que j’en doutais. Mais ces 3 derniers mois me l’ont confirmé.

Je ne peux pas ne pas faire quelque chose là dedans. J’ai beau passer du temps et de l’énergie à me sous évaluer, je ne peux que constater ce qui se passe chez mes quelques clientes. à lire leur mots après chaque séance. à voir les changement s’opérer sous mes yeux..

En tout cas, je me suis raccrochée à mon mari et mes enfants, mes seuls phares dans cet océan brumeux d’une nouvelle vie professionnelle. sans eux aujourd’hui, je serais à la dérive. Ils ont été mes seuls points de repère cette année ( ça, et mes cours de karaté minceur, bien sûr).

Donc il va falloir en 2019 que je trouve vraiment comment je veux le faire, puisque je sais quoi faire. Comme je souffre encore, c’est qu’il y a quelque chose à bouger.

La solitude me pèse, prendre des décisions n’est pas mon fort, bref, j’aimerais être en équipe, ou du moins avec quelqu’un. Avancer ensemble. J’adorerais ça.

Je ne crois pas que ça existe, mais on s’en fiche, la vie nous prouve tous les jours que ça n’est pas parce que ça n’a pas été fait encore que ça ne vaut pas le coup d’être tenté.

Alors peut être que cette année, je vais partir en quête d’une collègue, collaboratrice, équipe ou que sais je encore ?

En attendant dans l’immédiat je dois continuer à avancer seule.

Cette année, j’aimerais plus concrétiser les idées que j’ai, que je laisse encore trop dans ma tête. Je pense à des choses et je me dis « oh ça serait bien de faire ça !  » et puis je n’ose pas, je ne démarre pas. Mais c’est en testant qu’on sait !

Je suis encore trop envieuse aussi du succès des autres. ça ne me va pas du tout, pourtant je dois bien confesser que j’ai souvent ce sentiment. Du coup ça me dévalorise par effet levier. Je sais que c’est contre productif, mais je le fais quand même. Un peu comme quand tu fumes et que sais que tu vas choper le cancer, mais tu le fais quand même.

Cette année aussi, j’ai des amies blogueuses qui ont arrêté ou mis leur blog en pause. ça m’attriste mais je peux comprendre ! j’ai tellement de mal à trouver du temps pour venir ici… Le mien part dans tout les sens, j’ai du perdre des lectrices au passage, je suis désolée si vous n’y voyez pas clair dans tout ce fouillis : bienvenue dans mon cerveau !

En même temps, j’ai aussi du mal à écrire sur mon autre blog, le pro. j’ai le sentiment de ne pas réussir à être totalement moi là bas. Je veux absolument apporter quelque chose quand j’écris là bas, au contraire d’ici, ou je pose juste mes idées. mais du coup je continue à me mettre de la pression…

Coté vie perso, je continue à privilégier dès que je peux le bio, le vrac, le fait maison. ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas une pizza surgelée le vendredi soir.

Les enfants grandissent, et pour celles qui ont lu mon dernier billet, je peux vous dire que p’tit poulet s’est assagit, ouf. Mais il a quand même eu  cadeaux en moins à noël que prévu !Vous inquiétez pas, il en a quand même 3 fois trop de jouets dans sa chambre. Je pense qu’on a encore de belles heures à passer sur les devoirs, mon dieu quelle horreur. ça doit être le bon dieu qui me punit de ne pas les avoir fait assez sérieusement quand j’étais au collège, je vois que ça.

On a fait du tri dans la maison pendant ces vacances, et purée qu’est ce que ça me fait du bien ! là aussi, il y aurait de la psychanalyse à faire ! les biens matériels me sont pénibles. Je ne suis jamais aussi contente que lorsque je mets un truc à vendre sur le bon coin, ou lorsque je remplis la poubelle recyclage. c’est grave docteur ???

Au fait, j’ai cuit un chapon, et fait une bûche de noël. ça y est, j’ai le niveau 2 pour organiser des fêtes de noël. Bon y a encore du boulot sur le placement de table, j’en ai vu qui se sont retenus de dire ce qu’ils pensaient et d’autres qui sortaient des énormités plus grosses qu’eux, sans se rendre compte qu’ils heurtaient les personnes en face. Mais suis je la seule à me rendre compte de ça ????

Et sinon, il y a (encore) une vague de couples qui se séparent dans mon entourage qui me glace les sangs, qui me désole, qui me travaille. Pourquoi ?

Voilà, 2019, c’est reparti pour un tour.

Vous êtes toujours là ?

Délirium #2

IMG_3478Heeeyyyy !

Je suis encore là !

mon prochain article sur le trip USA étant encore  loin d’être fini (la rando à cheval, les 2 jours dans un ranch, la visite de cody , trop de trucs à raconter !!!), je m’en vais vous faire un petit point délirium, histoire de ne pas laisse les toiles d’araignées envahir trop ce blog…

Point enfants

Coté pucinette en 5 eme : j’en peux plus de l’addition et de la soustraction des nombres relatifs, que ce soit bien clair !!!

mademoiselle passe son dimanche à une compétition de poney « poneys games » bref, c’est papa qui s’y colle, 1h30 de route, attendre 7h40 sous la pluie, le froid, le vent, que la miss passe pour 20 minutes de compèt, et retour. Et encore, il a évité le départ à 5h du mat’. mais ils ne seront pas rentrés avant 20h. « faites des gosses ! qu’y disaient !!! »

Coté p’tit poulet : nous a fait péter les plombs le week end dernier. j’étais épuisée et en pleurs. quand t’entends : « ok, donc quand je suis pas là pour faire les courses avec toi tu oublies les bananes » ou alors « j’aimerais bien t’y voir toi, après une journée avec compèt de foot le matin et anniversaire chez un copain l’apres midi !!! » bref, môsieur était fatigué. Du coup j’ai rappelé la psy lundi matin. bon. depuis ça s’est calmé, et je lui ai fait apprendre par coeur « je parle à mes parents avec respect »  voilà voilà. c’est peut être pas de la bienveillance, mais c’est de l’éducation et de l’apprentissage de « faut pas pousser mémé dans les orties quand même » .

Obsolescence programmée

Comment vous dire… le lave vaisselle avait 15 ans. donc après une tentative de réparation par nos propres moyens, on a préféré direct en racheter un plutôt que de mettre 150 ou 200 € dans une réparation. Le vendeur nous a prévenu que le neuf ne tiendra certainement pas aussi longtemps. thanks man.

Le plus drôle, c’est quand on fait le tour de la baraque :

frigo : 15 ans. plaques et four : 12 ans. machine à laver : 12 ans. télé : 10 ans.

je parle pas du grille pain qui a la palme : 21 ans, il date de mon départ de chez mes parents ! le fer à repasser : 14 ans je dirais. et les voitures  !! 14 ans et 10 ans.

résumé ? on serre les fesses !!!!!

vivre dans une tinyhouse

tiny-house-bike-storage-1

oui, en ce moment, j’ai envie de vivre dans une de ces toutes petites maisons. genre 40m2 maxi. je me sens prisonnière de la maison, de tous ces biens matériels. ça n’est pas nous qui les possédons, c’est eux qui nous possèdent ! toujours un truc à rafistoler, à réparer. ça nous prend notre argent et notre temps. On a pas besoin de ça pour vivre et pour être heureux, j’en suis persuadée.  Les enfants ne nous réclament qu’une chose au fond : du temps avec nous.

noël ou la quadrature du cercle

Prenez un stylo, c’est une intéro surprise !

nous sommes donc une famille en gironde. avec :

un grand- père en région parisienne d’un coté,  des grands parents en Normandie de l’autre. un beau frère-belle soeur-cousines en Normandie. un frère-une belle sœur- des cousins allergiques aux chats dans le massif central. une tante à la Baule qui a des chats. il faut que tout ce petit monde se voit en 3 jours de temps, sachant que vous ne voulez pas passer plus de 12 heures dans la voiture.

Alors ???

Alors ça sera chez moi avec mon père, mes beaux parents, ma tante, mon beauf et ma belle sœur et les cousines. Mon frère et sa famille, euhhhh on a dit qu’on se verrait plus tard. donc pour la première fois depuis 10 ans, on ne va pas prendre la route à noël. Par contre je vais faire cuire un chapon, et j’aurais une dizaine de personnes à la maison pour 3 jours. bref, tu préfères un bras en moins ou choper la galle ??? ( non mais j’déconne hein !!) l’avantage, c’est que je vais pouvoir mettre MA playslist de noël toute la journée du 25 héhéhéhé

suggestions pour le blog…

ça fait un moment que j’y pense, et lorsque frau pruno a parlé il y a quelques semaines de vous laisser la parole sur le thème de l’accouchement et de l’allaitement, j’y ai repensé encore. Il y a Mathilde qui partage les témoignages de FIV. Il y a picou qui donne la parole aux papas.

Moi ce que j’aimerais faire de mon coté, c’est vous donner la parole par rapport au problématique de couple. Sujet sensible ? sujet intime ? oui c’est vrai. On en parle pas beaucoup sur les blogs, mais je dirais que ça n’est pas forcément parce qu’il n’y a rien a dire… mais plutôt parce que votre cher et tendre, ou votre belle mère le lit, donc c’est un peu délicat… mais si vous avez envie de parler de certains sujets, vous pourriez venir le faire ici, de façon anonyme, ou pas d’ailleurs, car si votre belle mère lit votre blog, il y a peu de chance qu’elle lise le mien… en tout cas il y a une chose évidente, il faut que vous me fassiez confiance, car moi je connaîtrais (plus ou moins !) votre identité. Si vous avez un doute, demandez vous quel intérêt j’aurais de le dévoiler… aucun, on est bien d’accord. ça pourrait permettre d’aborder d’autres types de sujets, d’avoir des partages d’expériences… comment vous vous en sortez en tant que couple, est ce que vous arrivez à lui laisser de la place ? Même le sujet olé olé serait le bienvenu, si le cœur vous en dit… voila, dites moi si je me fourre le doigts dans l’œil jusqu’au coude ou si ça vous parle ? en commentaire, ou en privé…

allez, j-8 avant noel !!!youhouuu