A quel moment et pourquoi arrêtons nous de nous émerveiller ?

 

baby-20607_1280.jpg

Ça pourrait être un sujet du bac philo, vous ne trouvez pas ? (oui bon ok le bac des bisounours..)

 Bon en vrai, je me pose surtout cette question en faisant référence aux progrès de nos petits chérubins.

( on est bien sur un blog parental !)

 Je me faisais la réflexion ces derniers jours. J’ai sous les yeux en ce moment un mignon petit exemple, puisqu’une de mes amies découvre les joies de la maternité depuis quelques mois.

Elle me raconte quasi quotidiennement les progrès de son petit chou, et bien sur elle s’étonne tous les jours de le voir progresser.

 Bien sûr vous vous dites ? mais oui bien sûr !

Bien sûr qu’on s’émerveille, la première fois qu’ils émettent un son (autre qu’un pleur 😉 ), la première fois qu’ils sourient, le premier mot, le premier rampage sur le parquet, et victoire suprême : les premiers pas.

Et maintenant imaginez : est ce qu’il vous viendrait à l’esprit de leur dire : ah non ! moi c’est pas ma-ma, c’est ma-man ! tu as mal prononcé, recommences !

Est-ce que lorsque vous avez regardé votre enfant faire ses premiers pas, vous lui avez dit : oui enfin tu n’en as fait que 3, tu dois faire mieux quand même ! il faut marcher maintenant !

 Non.

Parce que vous saviez, qu’il allait finir par y arriver. Vous n’aviez qu’une envie, c’était de le féliciter et l’encourager ! Même si celui de la voisine a marché ou parlé avant, et que ça vous turlupinait un peu quand même, vous ne lui avez pas mis la pression..

 C’est vrai quoi, chacun son rythme ! On sait bien qu’ils font finir par parler et marcher. Que ça soit à 10 mois ou a 20…

 Alors pourquoi est-ce qu’une fois arrivé en maternelle, quand l’enfant revient avec un cahier qui affiche des bonhommes moyens ou pas contents, parce qu’il n’a pas réussi à compter le nombres de hérissons, on commence à stresser, à se demander si il va y arriver ?

Pourquoi, quand il rentre au CP, on s’inquiète parce qu’il ne lit pas Freud dans le texte à Noel ??

Pourquoi progressivement, les encouragements diminuent et se transforment petit à petit, subrepticement, en reproches ?

 Tu ne sais pas encore ta table de 3 ? mais enfin tu es en CE1 maintenant !!! Ça devrait être acquis !!

 Et oui, je ne vous jette pas la pierre (Pierre) c’est bien de moi que je parle. (oui je me parle à la 3eme personne c’est dû à mon ego de blogueuse démesuré)

Au CE1, la pucinette avait un rapport avec les maths, plutôt obscur dirons nous. Et oui, ça m’inquiétait.

J’en avais parlé à mon père à l’époque. Ce papa qui a été instit’ de primaire pendant presque 40 ans. Il m’a dit : non mais attend là, on est en octobre ! Elle est au début du CE1.. ne t’inquiètes pas !! Elle a plusieurs années pour intégrer les additions, les soustractions.. d’ailleurs beaucoup d’enfants ont du mal avec les soustractions. Retirer quelque chose, c’est beaucoup plus difficile à appréhender pour leur esprit qu’additionner.

Ah bon..

On se calme et on se détend !!

Et on encourage son enfant, de la même façon qu’on l’a encouragé quand il a fait ses premiers pas !!

Cette satanée pression sociale qui nous dit qu’il faut que notre gosse soit dans les meilleurs à l’école, qu’il n’a pas le droit à l’erreur, ça me fout en rogne ! ( j’ai beau me parler à la 3eme personne, des fois je m’énerve toute seule aussi ! )

Maintenant que la pucinette est en CM2, je vois bien comment ça se passe. Ils revoient les choses, encore et encore. Le passé composé est vu depuis le CE1. Au départ, c’était la galère.. et bien en CM2, elle le révise encore. Ça rentre petite à petit. Donc au final, ça n’est pas grave de ne pas savoir parfaitement accorder le participe passé en fin de CE1 !

 Pour l’apprentissage de l’heure c’était pareil. Au CE1, elle a commencé à apprendre à lire sur une horloge avec des aiguilles..ça partait dans tous les sens (pas l’aiguille, la pucinette ! ).. ça nous inquiétait. On y passait du temps.. on s’énervait…

Et maintenant ? Et bien elle sait la lire l’heure ! Elle a grandi, elle a muri, son cerveau a évolué, et elle intègre des choses parfois sans même s’en rendre compte.

Bon heureusement, je l’encourageais aussi. Je suis pas un dragon quand même ( par contre si je pouvais me réincarner en licorne ). Mais avec le recul, je me dis que je ne l’ai pas assez fait. Je passais beaucoup de temps a lui faire refaire à la maison des choses qu’elle n’arrivait pas à faire en classe. Je me suis beaucoup trop mis la pression, et à elle aussi.

 Maintenant, je m’efforce de faire du rétropédalage. Le bac n’est pas pour demain, et en plus, elle ne le passera peut être jamais ! Peut-être qu’elle partira faire sa vie dans une ferme à 16 ans, et qu’elle s’éclatera ..

 Si il y a bien une chose qu’on a compris avec papa délire en tant qu’adultes, c’est que les diplômes ne font pas tout. ( papa délire, bac + 8 : a mis des années à trouver un emploi en France : pas la bonne école ( il avait eu la mauvaise idée de faire ses études à l’étranger ! ) pas de réseau ( si tu connais pas la tante du beau frère de l’amie de ta mère, t’es un peu mort dans certains secteurs..) et surtout, surtout, il faut faire ce qu’on aime.

Alors oui, j’entends bien les arguments : si ils vont plus loin dans les études, ça leur ouvre plus de possibilités. C’est sans doute vrai. En même temps, ces derniers temps, les grandes écoles…. je trouve que ceux qui sortent de l’ENA ne brillent pas par leur intelligence ou leur talent…. (suivez mon regard).

Mais une chose est sure, chacun va à son rythme, et il est difficile voire impossible et contre-productif de vouloir les faire aller à une vitesse qui n’est pas la leur.

 Donc vous, les jeunes mamans et les jeunes papas, ne vous arrêtez pas de les encourager. De les féliciter, même pour tout petit progrès. Et ne les comparez pas trop aux autres. Je sais c’est difficile, même si on ne veut pas le faire, on ne peut bien souvent pas s’en empêcher…

N’arrêtez pas de vous émerveiller. Cette attitude et cet état d’esprit qui nous semble naturel lorsqu’ils ont 2 ans, ne doit pas disparaître quand ils en ont 8 !

 Quand je vois ma fille maintenant faire des divisons de nombres décimaux (pouark !) .. elle a progressé ! (même si elle a toujours du mal avec la table de 6 !! ) (tu vois j’arrive encore à trouver le truc qui va pas malgré cet article !!)

Alors oui, ça lui prend un certain temps. Par contre, lire un pavé de 500 pages, c’est pour elle un délice. On sait déjà quels seront les profs au collège qui vont l’encenser et ceux qui vont dire « qu’elle a des difficultés » ou qu’elle devrait travailler plus vite » ..

 Et son petit frère me direz-vous ? En ce qui le concerne, il se met la pression tout seul.. la peur de ne pas y arriver est déjà encrée en lui. A moins qu’inconsciemment , en voyant sa mère, son père et sa sœur au moment des devoirs, il ne se soit dit «  oh purée, j’ai plutôt intérêt à y arriver si je ne veux pas y passer des heures avec les parents sur le dos « !! ( oui je suis sure qu’à 4 ans il s’est dit ça !! )

 Du coup avec lui c’est plutôt «  ne t’inquiètes pas, tu vas y arriver ! c’est normal de se tromper, c’est comme ça qu’on apprend ! « 

 Finalement, le plus important c’est de leur donner confiance en eux. Mais bien sûr pour ça, il faut déjà avoir un minimum confiance en soi.. mais je vais en rester là, sinon ce billet va doubler de volume !

Conversation entre une pré-ado et sa mère sur la cigarette..

woman-1747263_1920.jpg

Bien le bonjour mes ami-e-s !

ça fait un bon moment que je voulais écrire ce billet.

La conversation que vous allez suivre date de l’automne dernier. J’avais envie de l’écrire pour en garder une trace, car je ne voudrais pas l’oublier ! Et puis j’avais envie de la partager avec vous également..

Je ne sais pas à partir de quel age on peut considérer qu’un enfant devient un pré-ado, mais 10 ans et des poussières ça me parait être dans la bonne tranche, non ? Et puis parfois la pucinette commence à souffler quand on lui demande quelque chose, donc définitivement, elle a des attitudes pré-adotiennes !!

Alors voilà. Je vous plante le décor : c’était un soir de semaine, à la maison, le grand et le petit délire étaient je ne sais plus trop où, bref, nous étions toutes les 2, la pucinette et moi, pour dîner.

Nous étions à table, quand tout à tout, sans crier gare, elle me lance : Lire la suite

Bertrand Piccard : une vision du monde et de la vie qui détonne !

Solar-Impulse-Bertrand-Piccard-l-aventure-dans-les-genes.jpg » Toutes les grandes choses qui se sont faites dans l’histoire ont été faites en sortant des procédures, en sortant de la zone de confort, en sortant de la manière habituelle de penser et de fonctionner. Si on reste toujours dans la manière habituelle de fonctionner, si on reste toujours dans ce qu’on connait et ce qu’on maîtrise et bien on ne crée pas ! « 

Voila le point de départ.

C’est cette phrase qui m’a fait basculer d’un moment de télé sympathique, à regarder ce gars un peu fou (?) et son équipe faire le tour du monde dans un avion solaire, à un coup de foudre intellectuel.

Cette phrase il ne l’a pas pas prononcée au cours d’un discours devant un parterre de personnalités, ni à la remise d’un prix lembda. non. Je crois qu’il l’a dite lorsqu’il était dans le cockpit, en train de débuter le survol de l’océan pacifique. Un des appareils électroniques de mesure était tombé en panne, et les ingénieurs au sol l’exortaient d’atterrir en urgence, car il avait devant lui un peu plus de 4 jours de vol non stop.. (c’est vaste l’océan Pacifique !!) et il a dit non, il a considéré que cet appareil n’était pas primordial pour le vol, et il ne voulait pas repousser encore cette traversée (ça faisait déjà plusieurs semaines qu’ils attentaient au Japon que les conditions météorologiques soient favorables). Donc le gars en plein stress au dessus du pacifique il te sort des phrases de ce type…. de celles qui vous font réfléchir plein gaz, enfin c’est l’effet qu’elle a eu sur moi !

Le lendemain je surfais donc frénétiquement et je suis vite tombée sur son blog.

J’ai vu qu’il avait publié quelques temps auparavant : « changer d’altitude, quelques solutions pour mieux vivre sa vie » . J’ai donc demandé à papa Noël de me l’apporter au pied du sapin.

Vous dire qu’il a été facile à lire serait vous mentir. Clairement, ça change de choupi prend son bain.

J’ai dû parfois arrêter puis reprendre (mon souffle) plus tard. Mais ça valait vraiment le coup.

Le concept de départ est que nous devons tous faire face à des situations difficiles ou contraignantes, et que nous n’avons pas toujours conscience de la façon dont nous pouvons les affronter. Prendre de l’altitude, c’est voir les choses sous un autre angle.Il n’y a pas forcement une solution, mais de multiples, avec des nuances. Et vous pouvez vous servir des vents, au lieu de vouloir les prendre de face.. comme vous l’imaginez il utilise beaucoup les métaphores notamment en rapport avec ses voyages en montgolfière.

Les propos sont parfois philosophiques, mais il les illustre la plupart du temps par des exemples concrets, en racontant des situations qui lui sont arrivées. Ce qui m’a bien aidée, moi qui suit beaucoup dans le concret. (bon même si j’ai un peu de mal à me projeter en train de piloter une aile delta !!!!)

Que pourrais-je vous dire ? J’y ai lu tellement de phrases percutantes et qui résonnaient en moi, qu’au bout d’un moment j’ai gardé un stabilo à portée de main et je n’ai pas hésité à fluoter en vert ce qui me parlait (ce qui est très inhabituel chez la maman délire en milieu connu)

Il faut savoir que cet homme a fait des études de médecine, il est par la suite devenu psychiatre. ça ne l’a pas empêché d’aller faire des stages en hypnose, et de s’en servir parfois à l’hôpital, sous l’œil médusé des autres médecins..

Voilà je crois, la plus grande qualité que j’apprécie chez lui. il n’est pas fermé, c’est même tout le contraire, il est ouvert à tout. Il a appris la médecine dite « occidentale » mais il est aussi allé voir du coté de la médecine chinoise. Il a intégré l’hypnose dans ses séances de psychothérapie. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres..il applique cette philosophie dans tous les domaines de la vie.

Certains passages m’ont plus marqué que d’autres, comme celui ou il prône un apprentissage à l’école qui ne délivrerait pas uniquement des vérités, mais aussi des questions en suspens. Après tout, on ne sait pas tout sur tout, loin de là !

Et sur l’éducation :

« Il faudrait (…) introduire trois notions de base : la curiosité, la persévérance et le respect. » 

Sans commentaire..

Un autre domaine m’a beaucoup parlé :

 » Pour créer un conflit, il faut être deux. Il faut une résistance chez l’un qui stimule la combativité de l’autre. Sans résistance, pas de combat. « 

ça parait évident n’est ce pas ? Et très facile à dire, mais quant ‘a mettre en pratique…

Il a lui même essayé cette théorie.. et il nous confie d’ailleurs que ce n’est pas toujours facile, bien évidemment. La facilité serait de répondre a une attaque de façon agressive. Mais lorsque l’occasion s’est présentée, il a essayé de se refréner, a réfléchi un peu, et a donné une réponse un peu différente de celle qu’il aurait fait du tac au tac.. et le ballon s’est dégonflé instantanément. Il ne dit pas de vous faire marcher sur les pieds, mais juste de ne pas aller dans la direction du conflit..et d’essayer de comprendre la réaction de la personne en face..

Personnellement j’aime beaucoup cette philosophie.

Bien sûr il aborde la fameuse « zone de confort » et ses dangers.. la peur de l’inconnu.. en somme beaucoup de thèmes qui parle à tout le monde.

Au fur et à mesure des chapitres, on passe de l’hypnose, à la religion, l’éducation, la spiritualité.. Il nous donne aussi son point de vue sur la souffrance et les épreuves de la vie. De quelle façon elles peuvent nous faire grandir, qu’il ne sert à rien de les refouler (les souffrances et leurs émotions) (et il en a eu, lui aussi..)

Toutes les émotions se doivent d’êtres vécues.

J’ai particulièrement apprécié le dernier chapitre, qui parle de ce qu’il appelle « les synchronicités ». De mon coté j’appelle ça les « signes ». Ces petites choses, ces « coïncidences », qui nous arrive parfois, et qui nous font dire :  c’est dingue non ? Il en a vécu plusieurs, et pense que ça n’est pas dû au hasard, même si cela lui vaut les moqueries de certain confrères médecins … La vie peut être interprétée a bien des niveaux. Moi qui suit au départ quelqu’un de rationnelle, j’ai changé un peu ma façon de voir les choses, et je fais de plus en plus confiance à mon instinct. Et de voir un homme de cette « stature » en parler aussi, ça me conforte. je me dis que je ne suis pas complètement idiote, ou en tout cas pas seule à faire des liens disons irrationnels.

Pour conclure, je dirai qu’il a une vision réaliste de la vie, du monde et de l’être humain. Il a conscience des freins qui nous empêche d’évoluer (aussi bien en tant qu’individu qu’en tant que peuple de ce monde) mais il a des idées qui permettent d’entrevoir le soleil derrière la couches de nuages noirs (de pollution). Je ne saurai que trop vous conseiller de vous le procurer. Et j’ai une envie presque irrépressible de l’envoyer à tous nos chers candidats à la présidentielle. Mon seul regret, c’est qu’il n’influence pas plus les politiques qui prennent les décisions..

Je vais bien sur mettre sur la liste de mes prochaines lectures celui qui vient de sortir sur l’aventure solar impulse, qui, dans un autre registre, doit être passionnant. En attendant, je continue ma route vers une plus grande spiritualité… ( oooohhhh c’est beau !)

 

 

 

 

 

 

news en vrac : ski, coaching, et belles rencontres !

img_0502

éléphant des neiges

 

Me voila reviendue  !! (oui j’écris ce que je veux, même des fautes de conjugaison)

Quelle semaine mes amies, quelle semaine ! ou plutôt quels 10 jours !

J’ai la tête et le cœur en ébullition !

On va faire ça dans l’ordre chronologique, histoire que je me perde pas ( et vous non plus)

J’ai donc commencé par suivre 3 jours de formation au métier de coach, qui ne sont que le début de la formation bien sur. Lire la suite

Laissons les s’envoler …

birdcage-213139_1280

Je n’aime pas trop réagir à chaud mais là il y a quelque chose qui me fait gamberger. (bon au final j’ai quand même laissé se reposer ce billet quelques jours…)

Maman bavarde a publié un billet sur un traceur GPS à donner à ses enfants pour pouvoir les suivre à la trace, lors de leurs trajets seuls. (comme son nom l’indique)

J’ai tenté de laisser un commentaire 3 fois mais à priori ça bug.. bref. en lisant les commentaires, je me suis rendue compte que j’étais la seule à me dire que ça n’était pas forcément une bonne idée. Lire la suite

De l’utilité des enfants

img_0411

Non parce que c’est bien gentil les enfants, mais pour le coup, niveau utilité, c’est plutôt calme au départ, non ?

Incapables de se gérer tout seuls ! ça sait pas s’habiller, ni se nourrir, et même pas faire pipi tout seul. La loose quoi ! Leur seule utilité finalement, c’est que ça vous permet de revoir grande tata Odette avec qui vous aviez perdu contact, mais qui veut ab-so-lu-ment venir voir le bébé !! Et si possible avant qu’il ait un mois, après c’est plus si fun ! (alors que en fait si, je vous assure, un bébé de 6 mois c’est plus rigolo qu’a un mois quand il ne fait que pleurer ou dormir…)

Bref. Lire la suite