vivre en harmonie avec ses valeurs (ou comment le développement personnel m’aide au quotidien)

 

luca-upper-97759-unsplash.jpg

Voilà ce qui m’arrive en ce moment. Dans la chaleur de l’été, je publie un des billets les plus important pour moi. J’espère que quelques lectrices s’y attarderont, le sable entre les doigts de pied…

En bref, je me sens mieux, je me sens moi, de plus en plus.

En plus long, tout a commencé au mois de juin, lorsque je n’étais pas bien. J’avais acheté une pile de livres plus ou moins sur le développement personnel, pour moi, pour mon job aussi.

J’ai commencé à dévorer ce livre « comment se faire des amis » lol. Oui, je sais, le titre peut faire rire. Et puis bon quand même, des amis, j’en ai ! J’en ai ici, ou j’habite,  j’en ai là bas, ou je n’habite plus, j’en ai ici par l’intermédiaire de nos écrans interposés, aussi <3.

ça n’est pas pour ça que j’ai acheté ce livre. C’est parce qu’il parle des relations humaines, et de la façon de les améliorer. Ce livre a 80 ans. c’est un best seller américain. Je me suis donc laissé tentée, alléchée par la description de metanoiada.

En le lisant, j’ai été confortée dans ce qui est précieux pour moi, dans ma relation aux autres. C’est comme si ce en quoi je croyais profondément étais expliqué là, dans ce livre. plus je lisais, plus je me disais  » mais oui, bien sûr, il a tellement raison ! »

Lire un livre c’est bien, mais le mieux, c’est sans aucun doute de passer à l’action, de transformer l’essai.

J’étais justement en train de lire, ce mercredi après midi, lorsque ma pucinette est arrivée avec une dictée faite en classe, à faire signer par les parents. Elle s’est présentée timidement, me tendant la feuille avec le pouce sur la note…. humhum.

J’ai pris la feuille et vu la note. Et puis je lui ai dit :

viens t’asseoir, on va regarder les fautes que tu as fait, et essayer de comprendre ce qui s’est passé.

Elle fait principalement des fautes d’accords, sujet / verbe. Souvent lorsque le sujet est éloigné du verbe. Mais dans une des phrases, elle a réussi à le faire.

Regarde, cette fois là tu as réussi ! Il faut simplement que tu arrives à le faire plus souvent. Et puis là c’est vrai  que c’est un peu alambiqué, tu as perdu le sujet de vue, sans doute…

J’ai mis l’accent sur tout ce qu‘elle avait réussi, en essayant de comprendre les fautes. Elle est restée assise à coté de moi, un peu surprise. Elle s’attendait à des remontrances.. Elle savait que je ne me mettrais pas dans une grosse colère (je suis pas toujours une ogresse quand même !) , mais s’attendait à ce que je lui fasse au moins quelques reproches. Mais non. j’ai compris que ça ne sert à rien. Rajouter un couche à une humiliation qu’elle a déjà eu en recevant sa copie ? non.

Je lui ai proposé de faire un petite dictée, quelques jours plus tard, pour travailler sur ces fautes. Elle a accepté sans rechigner. Voilà ce vers quoi je veux tendre.

Mettre l’accent sur le positif, quelque soit la situation, notamment en matière d’éducation.

Bien sûr que je n’y arriverai pas à chaque fois.

Mais j’ai moi aussi le droit à l’erreur, c’est un principe à bien garder en tête.

En tout cas à chaque fois que je pourrai, je le ferai.

En me comportant comme ça, je me suis sentie tellement bien, tellement en accord avec moi-même. J’étais heureuse de l’avoir fait.

Quelques jours plus tard, j’ai eu l’occasion de mettre en action un autre principe de ce livre : ne pas chercher à rabaisser son interlocuteur, qu’il ait tort ou raison…

J’emmenais mon fiston à l’école. Lui à pied, moi en vélo, avec son sac de 49,2 kg sur le porte bagages.

Un chien déboule devant lui. Je connais plus ou moins ce chien, je sais qu’il n’est pas agressif. Le maître était quelques pas derrière lui. Mais mon fils se méfie (on lui a appris à se méfier des chiens, on ne sait jamais…) .Il a eu un mouvement de recul. Le propriétaire, voyant ça, a crié :

« il n’est pas méchant ! »

J’arrive à sa hauteur et je m’arrête :

Bien sûr vous savez qu’il n’est pas méchant, malheureusement nous, ne le savons pas…

Oui je sais, c’est pour ça que je lui ai crié qu’il ne l’était pas ! « 

Oui j’ai bien vu, et je vous en remercie, mais encore une fois, nous ne connaissons pas votre chien. C’est peut être mieux de le promener en laisse ..

Oui c’est vrai, vous avez raison, c’est mieux.

Là encore, je me suis sentie en accord avec mes principes. Ne pas aller à l’affrontement, ne pas chercher à imposer son avis, mais amener la personne en douceur à prendre en compte une autre vision des choses que la sienne.

Depuis ce moment, je me sens mieux. Je suis en train de grandir, d’être de plus en plus en phase avec moi même. Ne pas oser et rester dans son coin, je l’ai beaucoup fait, car je ne voulais pas risquer de conflit ou même de discussion animée.

Mais on peut discuter et faire entendre son point de vue, il n’a pas moins de valeur que celui des autres.

Si on peut amener l’autre à réfléchir, c’est déjà très bien, et surtout sans que l’autre ne se sente agressé.

Dans un registre un peu différent, mais qui a aussi un rapport avec se sentir à l’aise avec soi même, j’ai eu un comportement nouveau, il y a quelques jours.

J’ai rencontré Amélie Jeanne, comme vous le savez si vous suivez nos comptes instagram. J’étais en région parisienne, pour laisser mes grands enfants chez leur papi. J’étais en fait à 30 km de chez elle, J’ai fait ces quelques kilomètre avec plaisir pour pouvoir déjeuner dans un restaurant tout près de chez elle.

Elle m’a demandé au début du repas si elle pouvait m’inviter, étant donné que j’avais fait le chemin jusqu’à elle (ce qui soit dit en passant était un plaisir !) . Les conventions sociales, en tout cas celles qui me régissent habituellement, m’auraient dictées de réagir directement par un  » oh non ! je paie ma part ! » .

Et bien non j’ai accepté. J’ai laissé mon instinct réagir, au lieu de suivre les règles de bonne conduite de Mme de Rothschild (cela dit je ne sais ce qu’elle préconise dans une telle situation !!) . J’ai senti que sa demande, pleine de douceur et de sympathie, venait vraiment d’elle, et qu’elle ne répondait pas non plus à une convention sociale quelconque. J’ai sentie que ça lui faisait plaisir, tout simplement. Mon cerveau a eu quelques secondes de panique, me lançant un « ça ne se fait pas voyons d’accepter comme ça sans même essayer d’insister !! » Mais je lui ai fermé mentalement le clapet. (bon peut être que Amélie me prend maintenant pour un folle mais je ne crois pas que ça se soit vu à l’extérieur !!)

Cet acte peut paraître anodin, mais il s’agit aussi d’accepter les choses simplement, sans jouer un rôle. Comme par exemple accepter un compliment sans passer 3/4 d’heure à dire que non, on ne le mérite pas.

Etre plus vraie, tout simplement. vraie dans ses agissements, vraie dans ses réactions. Accepter sa personnalité, avec ses qualités et ses défauts.

Et quoi qu’il arrive, être indulgente avec soi même, et se donner le droit à l’erreur.

Je sens que ce chemin que je prends, va d’autant plus m’aider à continuer le chemin de ma nouvelle vie professionnelle, à apporter ces réflexions aux personnes qui me feront confiance pour les aider.

Je pars en vacances forte de toutes ses émotions, expériences, richesses. Je pars sereine.

Alors, ça vous inspire quoi ? prêtes à vous faire de nouveaux amis ? :-)))

 

Publicités

Suis-je en panne ?

toa-heftiba-257395-unsplash.jpg

J’essaye d’avancer, de garder la pêche, de me dire que ça prend du temps.

Mais pour le moment, je tourne, je surfe, j’ai l’impression de ne pas avancer.

J’essaye d’animer ma page, d’écrire des billets pro, je rencontre du monde, je sens du frémissement. Lire la suite

mes Sunshine awards

téléchargement

Et oui mes belettes, avant il y avait les liebsters Awards, mais ça c’était avant !

Maintenant, il y a les Sunshine Awards. C’est beau, c’est neuf, ça brille ! Je sais pas d’où ça sort, mais ça me plait !

Et comme j’ai eu l’indicible honneur d’être nominée par Frau Pruno du blog Escarpins et Marmelade, je ne vais pas me priver de répondre à ses questions indiscrètes. Lire la suite